« Une heure ensemble » pour sensibiliser les femmes aux métiers du numérique

À l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, j’ai participé aux côtés de Séverine Reynaud, Conseillère départementale, chargée de l’aménagement numérique du territoire et du développement des usages  Damien Charitat, directeur de l’Académie des Télécoms et Juliette Jarry, Vice-présidente de la région AURA, déléguée au numérique,  à l’émission de Farid Medjdoub, « Une heure ensemble » sur France Bleu Saint-Etienne Loire, vendredi 8 mars. Cette émission était l’occasion de sensibiliser les femmes aux métiers du numérique.

En effet, dans ce secteur,  seulement 33% des postes sont occupés par des femmes (chiffres de 2017), et le plus souvent dans des fonctions dites « de support » :  ressources humaines, administration, marketing, communication.

On ne compte par exemple que 16% de femmes parmi les techniciens d’études et du développement en informatique, 14% parmi les techniciens en installation, maintenance, support et services aux utilisateurs en informatique, 9% dans les directions de startups françaises, 27 % parmi les codeurs ou bien encore 20% au sein des directions de services informatiques des grandes entreprises françaises.

Quant à l’écosystème de la Blockchain, il ne compte qu’à peine 4% de femmes.

Et pourtant les recrutements dans le secteur du numérique sont légions, près de 8 000 postes sont à pourvoir dans la Région.  94% des professionnels sont en contrat à durée indéterminée et 69% bénéficient du statut cadre.

Face à ces constats, le gouvernement a mis en oeuvre diverses solutions afin de promouvoir les femmes dans ce secteur. Il faut en effet tordre le cou aux idées reçues :  les métiers techniques du numérique n’ont pas de genres ! L’éducation et la formation sont des vecteurs indispensables.

Des actions

Des actions sont aussi menées avec les associations et les femmes du numérique engagées pour mettre davantage en avant les modèles féminins.

La Fondation Femmes@Numérique (F@N), créée sous l’égide de la Fondation de France, qui a pour objet de soutenir et financer des actions d’intérêt général engagées en faveur de la féminisation des métiers du numérique, a ainsi lancé au mois de janvier des appels à manifestations d’intérêt (AMI).

Les appels à manifestations d’intérêt (AMI) ont vocation à présenter les objectifs et modalités des premiers engagements de fonds de la Fondation F@N. Ils ont également pour objectif d’identifier, à travers les réponses adressées à la Fondation F@N, les principaux éléments de rédaction des appels à projets, retenus en fonction de leur adéquation avec les enjeux déterminés par la Fondation, et le potentiel de passage à l’échelle qu’ils recèlent. Enfin, ils doivent permettre à la Fondation F@N d’identifier les opérateurs, ou groupements d’opérateurs, susceptibles de répondre aux appels à projet dans les conditions fixées par les AMI.

Les AMI sont volontairement peu directifs. Ils doivent permettre de faire émerger les meilleures idées, et sont un appel à la créativité. Il ne s’agit pas de reconduire ce qui a été fait dans le passé, mais de permettre à toutes les organisations partageant les ambitions de la Fondation F@N, de mutualiser leurs efforts et de créer une dynamique à l’échelle de tout le territoire national.

▶️https://femmes-numerique.fr/publication-appels-manifestation-interets-ami-fondation-femmes-numerique/

Elle soutient aussi des actions concourant à favoriser la parité et l’égalité entre les femmes et les hommes dans les métiers du numérique, principalement par la sensibilisation des jeunes filles en milieu scolaire, de leurs familles et de leurs enseignants. Ces actions, ayant vocation à se déployer sur l’ensemble du territoire national, s’appuieront notamment sur la mise en visibilité et la valorisation de rôles modèles féminins inscrits dans les métiers du numérique et le partage des meilleures pratiques en matière de parité dans les métiers techniques du numérique, appelés autrement « métiers numérisants », afin d’améliorer leur attractivité auprès des femmes.

Au sein du Conseil national du numérique (CNNum), cette question  est également à l’ordre du jour. En effet, nous travaillons déjà sur les questions relatives à l’égalité dans le numérique, notamment sur les outils comme vecteurs de discriminations (discriminations algorithmiques illégitimes, reproduction des biais de genre dans l’Intelligence Artificielle…), la place des entrepreneures dans l’écosystème des startups ainsi que plus globalement, sur la lutte contre le cyberharcèlement.

A saint-etienne

Parallèlement à Saint-Etienne, l’Académie des Télécoms, en partenariat avec le Département de la Loire a fait le choix d’ouvrir une nouvelle formation, IoTTECH, délivrant un titre de Technicien d’Intervention Télécom, à destination notamment des femmes. Cette formation comprendra plusieurs axes : développement des réseaux mobiles, réseau fibre optique …

▶️ Renseignements : http://www.academie-des-telecoms.com/

Elle  permettra d’aborder différentes technologies utilisées dans le secteur des télécoms et de faire le lien entre les infrastructures télécoms et les services numériques.

▶️Retrouvez mon intervention en replay: https://www.francebleu.fr/emissions/une-heure-ensemble/saint-etienne-loire/une-heure-ensemble-100

;

 

Merci à France bleu Saint-Etienne Loire pour ce temps d’échanges autour des métiers du numérique pour défendre ensemble l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.