Visite de Mounir Mahjoubi : « Saint-Etienne a tout ce qu’il faut pour attirer le monde à elle »

A mon invitation, Mounir MAHJOUBI, Secrétaire d’Etat en charge du numérique auprès du Premier Ministre, était en déplacement à Saint-Etienne, jeudi 26 avril afin de restituer le pré-rapport sur la stratégie nationale de l’inclusion numérique. Cette journée a été marquée par de nombreuses rencontres avec des entrepreneurs, des chercheurs, des étudiants  mais aussi les adhérents d’En marche de la Loire.

C’est donc à Saint-Etienne, au sein du quartier créatif de la Manufacture, que Mounir MAHJOUBI a choisi de présenter les enjeux de la stratégie nationale de l’inclusion numérique. Un sujet que je porte également au sein de mes missions et travaux à l’Assemblée nationale.

C’est à l’entrée de la Platine, avec Gaël PERDRIAUX, maire et président de métropole, Samy KEFI JEROME, conseiller régional au numérique, mes collègues parlementaires de la Loire, et Evence RICHARD, préfet de la Loire, que j’ai accueilli Mounir MAHJOUBI pour cette journée riche en échanges.

Profitant de la réouverture du restaurant de la Platine, c’est autour d’un déjeuner qu’a débuté cette visite. Une occasion de présenter la richesse de notre ville et de notre territoire en matière d’entreprises innovantes.

Puis, nous avons déambulé au sein du quartier créatif pour découvrir Le Mixeur, qui abrite à la fois une pépinière d’entreprises et un espace de rencontres, d’échanges et d’émulation. Nous avons poursuivi avec  1D Lab, laboratoire territorial d’innovations culturelles pour terminer au sein de la  « Fabrique de l’innovation. Lors de cette visite Mounir MAHJOUBI s’est dit impressionné par le niveau d’excellence de notre territoire, en reconnaissant le potentiel existant.

Je ne connaissais pas trop Saint-Etienne, mais je suis impressionné par le niveau d’excellence. Saint-Etienne a tout ce qu’il faut pour attirer le monde à elle. Il y a plein de choses à faire dans votre territoire.

C’est ensuite au sein de Télécom Saint-Etienne que nous avons poursuivi nos échanges. Accueilli par le directeur Jacques FAYOLLE, Mounir MAHJOUBI a participé à la soutenance de quatre étudiants en formation Design tech Académie. Il en a en profité pour échanger avec ces quatre jeunes, qui après avoir eu des parcours un peu difficiles, ont trouvé leur voie dans cette formation d’excellence. Le secrétaire d’Etat en a même profité pour donner quelques conseils de rédaction de CV et quelques « mots » à placer lors d’entretien d’embauche !

Ces parcours atypiques de jeunes passionnés de numérique qui (re)trouvent un emploi grâce à l’école du numérique, c’est un bel  exemple. Croyez en vous et en vos compétences recherchées !

Mounir MAHJOUBI

Pour terminer cette séquence, Mounir MAHJOUBI  a participé à la restitution des groupes de travail sur la lutte contre la fracture numérique. Il a tout d’abord rappelé qu’alors que notre société se transforme au tout numérique, « on ne peut pas laisser plus de 13 millions de Français au bord du chemin ». Il est revenu aussi sur les inquiétudes que suscitent chez les Français les démarches administratives en ligne.

C’est pourquoi, le Gouvernement et son ministère en particulier, s’engage à mettre en place une stratégie nationale de l’inclusion numérique. Encore en cours d’élaboration, cette stratégie doit s’inscrire dans une démarche collective : Etat, collectivités locales et autres acteurs concernés. L’objectif étant d’assurer l’égalité des citoyens et des territoires face au numérique, mais aussi de participer à une stratégie économique vertueuse.

Jusqu’au mois de mars, trois groupes de travail ont été en charge d’élaborer les trois axes majeurs de la future stratégie nationale d’inclusion numérique :

  • atteindre et orienter les publics cibles  ;
  • structurer l’offre de médiation et de formation  ;
  • mobiliser les financements nécessaires : chaque maillon doit participer.  

La mise en œuvre de la stratégie nationale d’inclusion numérique doit être ancrée dans les territoires. Il est essentiel que les solutions soient adaptées  aux territoires : à leurs habitants, ainsi qu’au tissu d’acteurs présents à l’échelon local.

C’est pour cette raison qu’un quatrième groupe de travail travaille au recensement des stratégies numériques inspirantes, de formaliser les modèles de gouvernance territoriale qui fonctionnent, ainsi que de proposer une méthode permettant le passage à l’échelle des initiatives territoriales : bonnes pratiques, résolution des irritants, conditions de réussite, etc.

L’expérience de la métropole stéphanoise pourrait ainsi servir d’exemple. Mounir MAHJOUBI a d’ailleurs fait remarquer que « Saint-Etienne est déjà un modèle sur ce thème. Mais peut encore mieux faire ». 

Pour terminer sa journée stéphanoise, Mounir MAHJOUBI est allé, à mes côtés, à la rencontres des adhérents d’En Marche. Echanges informels et prises de contacts étaient ainsi au programme. Il est également reparti avec un petit souvenir de notre région.