A la rencontre des acteurs de l’emploi et de la formation professionnelle pour mieux appréhender la problématique de l’emploi

Dans le cadre du projet de loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », présenté le 25 avril prochain en Conseil des ministres, j’ai souhaité rencontrer plusieurs acteurs de l’emploi et de la formation professionnelle. Après avoir participé à une journée d’immersion organisée par l’agence de Pôle emploi de Saint-Etienne Bellevue,  je me suis rendu sur le site du Fongecif Auvergne-Rhône-Alpes pour une matinée d’échanges et de rencontres, en compagnie de madame Fabienne TEIl, Responsable d’Antennes Saint-Etienne et Valence. En savoir plus

Lancement des 10 000  formations aux métiers du numérique

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état auprès du Premier ministre, chargé du Numérique et Estelle Sauvat, haut-commissaire à la transformation des compétences, ont lancé le volet 10 000 formations aux métiers du numérique. Explications.

En savoir plus

Remplacement des contrats aidés par le parcours emploi-compétence

Depuis le 16 janvier, les contrats aidés sont remplacés par le parcours emploi compétence (PEC). 200 000 « contrats aidés » sont devenus officiellement des parcours emploi compétence (PEC). Ce dispositif avait été mis en place pour permettre aux personnes les plus éloignées de l’emploi d’être embauchées au sein de structures publiques ou privées, pour une durée limitée, et moyennant une subvention de l’État. Les contrats aidés devaient être un tremplin vers une réinsertion durable sur le marché du travail. En savoir plus

La réforme de la formation professionnelle: ce qui va changer

Transformer la formation professionnelle, c’est essentiel, parce que « la compétence est la première protection contre le chômage, le levier pour que chacun puisse choisir librement sa vie professionnelle ». Le système actuel de formation professionnelle est injuste et peu équitable. Les ouvriers ont deux fois moins de chance d’être formés que les cadres. Les salariés des TPE ont deux fois moins de chance d’être formés que ceux d’entreprises de 250 salariés ou plus. Seuls 30% des salariés non-diplômés accèdent à une formation, alors qu’ils font partie des personnes à en avoir le plus besoin. En savoir plus