Jour après Jour

Suite à l’invitation de Philippe Cognet, je me suis rendu dans les locaux de la société d’engineering RobOptic, vendredi 14 mai,  situés en plein centre-ville de Saint-Étienne.
f
Puis, j’ai souhaité visiter, lundi 17 mai, le chantier des Halles Mazerat – Biltoki avec Nathaly Dufour, Capitaine des Halles de Saint-Étienne. Ces halles devraient accueillir une trentaine de commerçants et artisans des métiers de la bouche. Des terrasses arborées borderont les 2 façades des halles.

En savoir plus

Pour de nouvelles écoles de production dans les territoires

A l’occasion d’un déplacement dans une Ecole de production en Seine-et-Marne (77), Agnès Pannier-Runacher, a annoncé le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt pour doubler le nombre d’écoles de production d’ici 2023.

Véritable mesure en faveur de l’égalité des chances, ces écoles industrielles accueillent et forment aux métiers de l’industrie des jeunes déscolarisés.

L’apprentissage étant au cœur de mon engagement, j’ai eu l’occasion d’échanger à plusieurs reprises  avec les élèves et les professeurs de l’Association Forézienne d’Écoles de Production. Cette école de production fonctionne à la fois comme une école et une entreprise.  Encadrés par des maitres professionnels, issus du métier, les jeunes se voient confier la fabrication de commandes passées par de vrais clients. En savoir plus

L’Université Jean-Monnet retenue pour accueillir l’une des 74 Prépas Talents de France

L’Université Jean-Monnet a été sélectionnée pour accueillir l’une des 74 Prépas Talents de France. La crise sanitaire éprouve durement notre jeunesse. Elle a interrompu ces derniers mois pour beaucoup d’entre eux des projets, remis en cause des ambitions. Il est indispensable d’accompagner notre jeunesse et de l’aider à croire à ses chances au sein de la République.

Notre fonction publique doit redevenir le symbole qu’elle a été durant près d’un siècle : un élément fondateur de notre ascenseur social républicain. L’installation d’une Prépa Talent à Saint-Etienne est une reconnaissance manifeste de notre université et de son enseignement. C’est une chance pour nos étudiants et notre territoire.

En savoir plus

Visites et rencontres constructives avec les commerçants de Saint-Étienne

Vendredi 9 avril, j’ai souhaité me rendre chez plusieurs commerçants de Saint-Etienne pour échanger sur leurs besoins, leurs aspirations, les perspectives de réouverture et également leurs craintes.
y
J’ai débuté mon parcours place Jean Jaurès, pour rencontrer Jean-Baptiste Agostino, Gérant du restaurant Nota Bene, Grégory Descot, Responsable du restaurant Beer Garden et Grégoire Claret, Gérant de la Brasserie du Méliès. Puis, je me suis rendu Cours Fauriel pour saluer Antoine Martinez, Patron de la Java Bleu.

En savoir plus

Apprendre en produisant

Vendredi 2 avril , j’ai souhaité échanger avec les élèves et les professeurs de l’Association Forezienne d’Ecoles de Production. L’AFEP prépare en deux ans au CAP, avec trois filières possibles : métallerie, usinage, textiles techniques et médicaux.
dgeg
Les élèves apprennent le métier par la production de pièces commandées par des industriels. Ce principe de formation valorise le travail des élèves et les prépares directement à la vie professionnelle. Depuis 2017, l’apprentissage est au cœur de mon engagement.

En savoir plus

L’agence Pôle emploi de Saint-Etienne Châteaucreux mobilisé auprès des stéphanois pendant la crise sanitaire

Lundi 23 novembre au matin, je me suis rendu sur le site de l’agence de Pôle emploi de Saint-Etienne Châteaucreux pour une matinée d’échanges et de rencontres. Occasion de saluer les « vigies de la relance » que constituent les agents du service public de l’emploi.

En savoir plus

Adoption de la première partie du PLF 2021 : un budget sincère, ambitieux et maîtrisé

Nous avons adopté à une large majorité, mardi 20 octobre, la première partie du projet de loi de finances pour 2021, consacrée aux recettes de l’Etat  qui prévoit la baisse de 10 milliards d’euros des impôts de production des entreprises afin de relancer l’économie.

Voté par 349 voix contre 199, ce texte a recueilli le soutien de la majorité (LREM, MoDem et Agir) et d’une partie des UDI.

Le projet de loi de finances pour 2021 est historique car c’est au sein de ce texte que sont portés les crédits budgétaires et la majorité des mesures du plan de relance. En savoir plus

Tribune de soutien à nos sapeurs-pompiers

Avec 189 parlementaires, j’ai cosigné la tribune dans laquelle nous apportons notre soutien à nos sapeurs-pompiers. Cette période a démontré une fois de plus l’engagement sans faille de nos sapeurs-pompiers sur tout le territoire. Dans des conditions particulièrement éprouvantes, les sapeurs-pompiers font preuve tous les jours d’un engagement total, d’un professionnalisme exemplaire et d’une efficacité remarquable. En savoir plus

Soutenir en responsabilité la filière betterave-sucre et les agriculteurs

Les betteraviers français sont confrontés à une crise inédite liée à la propagation du virus de la jaunisse dans l’ensemble des régions productrices. Les solutions alternatives aux traitements à base de néonicotinoïdes, utilisées au cours de l’hiver 2019-2020, se sont révélées inefficaces. La filière betterave-sucre et 46 000 emplois sont menacés.

Une filière entière et de nombreux emplois sont menacés. C’est notre responsabilité de les préserver. Nous agissons en mettant le plus de garanties possibles pour protéger les pollinisateurs et poursuivre notre objectif d’une agriculture qui ne dépend plus des pesticides.

Depuis le 1er septembre 2018, à la suite de la loi biodiversité du 8 août 2016, l’utilisation des produits contenant des néonicotinoïdes et des semences traitées est interdite en France. Toutefois, des dérogations à cette interdiction pouvaient être accordées jusqu’au 1er juillet 2020. Mais depuis cette date, il n'est plus possible d'utiliser de tels produits et des semences traitées avec ces produits. Rappelons tout de même l’efficacité de cette loi : À ce jour, en France, plus de 90 % des néonicotinoïdes interdits en 2016 le sont effectivement, l’objectif étant de parvenir le plus rapidement possible à 100.

🔹LA CRISE SANITAIRE DE LA FILIÈRE BETTERAVE

En raison de l’hiver le plus doux jamais enregistré en France, et d’un printemps chaud (le 2eme le plus chaud depuis 1900), la Maladie dite de la jaunisse de la betterave a été cette année particulièrement virulente. Des virus, colportés par les pucerons, modifient le métabolisme de la plante, stoppent la photosynthèse et détruisent la chlorophylle, ce qui explique le jaunissement des feuilles.

La plante n’est plus exploitable par les sucreries pour en faire du sucre, du bioéthanol ou du gel hydroalcoolique. Cette maladie, qui s’est massivement étendue du sud au nord – pour schématiser, du sud de l’Île de- France au nord des Hauts-de-France –, entraîne des baisses importantes de rendement.

🔸LA FILIÈRE SUCRIÈRE AU BORD DE L’EXTINCTION

Les baisses de rendement dépassent ainsi 30 % en Île-de-France et en Centre-Val de Loire, certaines exploitations faisant même face à des pertes pouvant atteindre 40 %. Nous devons faire face à un Immense défi de souveraineté et d’indépendance : si les agriculteurs décident de ne pas planter de betteraves à la fin de l’hiver et au début du printemps prochain, les sucreries risquent de fermer rapidement alors que nous sommes le 1er pays producteur de betteraves sucrières : 46 000 emplois sont menacés en France, dont 25000 agriculteurs et 21 sucreries.

Pour autant, les Français continueront à consommer du sucre dans les prochaines années. Nos voisins européens, eux, continuent à produire des bétteraves sucrières, en bénéficiant de dérogations pour l’usage des néonicotinoïdes conformes au droit européen.

Je veux que le sucre soit produit en France, que notre agriculture soit souveraine. Cette dérogation sur la betterave sucrière est une étape nécessaire, le temps de trouver des solutions alternatives pour faire la transition écologique, Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et et de l’Alimentation

Après-demain, nous devrons donc pour faire face à nos besoins importer du sucre depuis la Pologne, la Belgique ou l’Allemagne, qui ont fait le choix d’utiliser de telles dérogations. Ces voisins regardent avec beaucoup d’attention ce qui se passe en France en se demandant si notre pays sera ou non demain un nouveau débouché pour leurs exportations.

🔺DES ALTERNATIVES VIABLES AUX NÉONICOTINOÏDES ? PAS ENCORE

 Alternatives économiques ? Les règles européennes interdisent aux Etats membres de délivrer un aide couvrant 100 % des pertes subies par un type de culture, le seuil étant de 65 %. Un agriculteur ne prendra donc pas le risque de devoir absorber une perte éventuelle de 35 %.

Quand bien même la compensation serait supérieure, ce n’est même pas dans la nature de l’agriculture que de se croiser les bras à ne rien faire.

✅La sélection des semences ? Aucune semence susceptible de contrer la modification du métabolisme induite par le virus de la jaunisse n’a été identifiée.

✅Utilisation d’auxiliaires comme des coccinelles ou d’autres insectes prédateurs des pucerons ? Les solutions « mécaniques » ont prouvé leur efficacité, mais leur déploiement prend du temps car il nécessite de faire grandir une population de prédateurs naturels des pucerons.

♦️ Solutions dites « culturales » à travers la réduction des tailles de parcelles ? Solution prometteuse mais qui demande un minimum de temps pour faire pousser les haies. (Haies qui en fleurissant, attirent les abeilles.)

 ❗️LA PORTÉE DE LA DÉROGATION PRÉVUE PAR LA LOI

Il s’agit d’introduire la possibilité, jusqu’au 1er Juillet 2023, de déroger à l’interdiction des néonicotinoïdes en fonction des conditions météorologiques et de l’avancée de la recherche en la matière. Cette dérogation est conforme au droit européen, et s’aligne sur les mesures mises en oeuvre dans 11 autres Etats membres producteurs de betteraves sucrières.

« Les dérogations ne doivent être accordées que pour la betterave sucrière. Les arrêtés de mise sur le marché ne seront que des arrêtés qui ne concernent que les betteraves sucrières, je m’y engage », Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

 👉LES ENGAGEMENTS DU GOUVERNEMENT

Un plan de recherche de 5 millions d’euros va être mis en place pour identifier les alternatives efficaces face au produits néonicotinoïdes ;

Un plan de prévention des infestations de ravageurs va être proposé avec les agriculteurs.

🔹 LES EXIGENGES DU GROUPE EN MARCHE

Nous avons voulu réduire explicitement le champ d’application de ce projet de loi à la seule filière de la betterave sucrière, en le précisant à la fois dans le titre et dans le texte. Aucune autre filière ne sera donc concernée.

Nous nous sommes mobilisés pour que soit créer un conseil de surveillance chargé du suivi et du contrôle de la recherche et de la mise en oeuvre d’alternatives aux produits phytopharmaceutiques contenant une ou des substances actives de la famille des néonicotinoïdes. II se réunira tous les trimestres, permettra à l’ensemble des acteurs concernés par cette problématique de s’assurer que les engagements de la filière soient suivis d’effets : parlementaires, experts scientifiques, représentants du Gouvernement, de la filière betteravière, associations environnementales.

Une position accueillie favorablement par la Coordination Rurale de la Loire.