Conseil national du numérique : Jean Michel MIS reconduit dans ses fonctions

Le Conseil national du numérique a été installé ce jeudi 11 février au matin, par Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. Reconduit dans mes fonctions au sein d’un Conseil remanié, j’aurai l’immense honneur de continuer à travailler au sein de cette instance.

Je remercie Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques ainsi que le président de l’Assemblée nationale pour la confiance qu’ils me renouvellent.

Je remercie également Salwa Tako, qui a assuré la présidence pendant ces deux années de mandature du CNnum : son engagement et son esprit constructif et exigeant nous ont permis de travailler sur les thèmes et enjeux primordiaux pour la transformation numérique de notre société et sur les questions de souveraineté inhérentes à la transition numérique. Je tiens également à saluer le travail et l’écoute de Charles-Pierre Astolfi, secrétaire général du CNnum, qui a quitté ses fonctions.

A l’heure où l’utilité des outils numériques s’est imposée dans notre société, du fait notamment de cette si singulière crise sanitaire que nous traversons, il est indispensable de poursuivre travaux et réflexions pour élaborer une nouvelle grammaire du numérique pour la France.

« J’aurai à cœur de poursuivre ces riches travaux de réflexion notamment dans le cadre de l’élaboration des positions de la France aux niveaux européen et international sur les questions de souveraineté inhérente à la transition numérique ».

Composé de personnalités issues des milieux philosophique, sociologique, économique, juridique, scientifiques, politiques, le Conseil national du numérique s’attachera à poser honnêtement, lucidement et de manière équilibrée les questions qui émergent de notre société profondément marquée par la transition numérique.

 

Dans un esprit d’interdisciplinarité totale, il devra veiller à proposer aux décideurs politiques et au débat public des briques de pensée de nature à faire du numérique un outil qui conserve tout son potentiel de libération et d’ouverture sur le savoir et le soin, mais aussi un ressort fondamental de notre tissu économique et sociétal et un relai de notre autonomie.

✔ Retrouvez le communiqué de presse de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques :

_CP_Nouveau_CNNum (1)

✔ Retrouvez le dossier de presse de présentation du nouveau CNnum :

11.02.2021_Dossier de presse _Nouveau_CNNum_V2

L’installation de ce nouveau collège est l’occasion pour ma part de revenir sur le travail fort enrichissant que nous avons accompli lors de la précédente mandature aux côtés notamment de Salwa Tako, qui a assuré la présidence pendant ces deux années de mandature, mais aussi de Karine Dognin-Sauze,  Mohammed Boumediane, Théodore Christakis, Hervé Pillaud…

Ce sont ainsi :

  • Près de 15 thèmes de travail, représentatifs de la transversalité des enjeux entre numérique et société qui ont été traités durant cette mandature ;
  • Cette mandature a été placée sous le signe d’un numérique responsable et inclusif ;
  • Le CNnum a eu l’honneur de participer dans plus de 55 événements français et internationaux.

Des travaux représentatifs des enjeux de la société

Pendant ces deux années de mandature, les membres ont eu pour mission d’étudier et de formuler des avis et des recommandations sur les enjeux et perspectives du numérique.

Le Conseil national du numérique a été saisi à 9 occasions par le Gouvernement, sur des sujets stratégiques tels que l’environnement, la santé, l’accessibilité ou encore l’application Stop Covid (devenue TousAntiCovid).

✅ En effet, saisi par Cédric O, le Conseil national du numérique a eu à cœur d’étudier les aspects les plus importants de l’application StopCovid pour assurer l’efficacité de l’application tout en garantissant le juste équilibre entre nos valeurs et la nécessaire lutte contre le COVID19. Notre avis a été rendu public le 24 avril.

Commission consultative indépendante, le Conseil s’est également auto saisi à plusieurs reprises et a formulé des positions fortes pour alerter les pouvoirs publics sur des sujets qui font particulièrement débat pour des raisons sociales, économiques ou éthiques.

 

L’ensemble de ces avis et rapports a été élaboré après une étude approfondie des positions existantes, notamment dans le cadre de  rencontres et auditions avec les parties prenantes (administrations, associations, chercheurs, acteurs économiques…).

✅  Le 15 juin dernier nous avons par exemple présenté notre rapport « Identités numériques, clés de voute de la citoyenneté numérique », à Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du numérique.

Certains ont été réalisés en partenariat avec des acteurs clefs et spécialistes du sujet comme le Haut Conseil pour le Climat ou le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH).

Toutes ces publications ont été présentées aux membres du gouvernement, à la Commission européenne, aux parlementaires français et européens, ainsi qu’aux administrations concernées afin de les conseiller sur les politiques publiques à mettre en place dans le numérique.

Le 11 juin 2020, c’est le rapport  « Confiance, innovation, solidarité : Pour une vision française du numérique en santé«  , suite à la saisie en juin 2019 par la ministre des Solidarités et de la Santé et le Secrétaire d’Etat chargé du Numérique., que nous avons présenté à Cédric O, en présence du responsable de la délégation ministérielle au numérique en santé Dominique Pon.

 

Une mandature placée sous le signe d’un numérique responsable et inclusif

Les membres, réunis sous la présidence de Salwa Toko et la vice-présidence de Gilles Babinet, ont œuvré à bâtir une vision engagée du numérique : éthique, responsable, durable et accessible à tous. Ainsi, les recommandations des travaux du Conseil s’inscrivent dans la promotion d’une souveraineté numérique pérenne, conforme aux valeurs européennes, et qui contribue à l’attractivité de nos territoires.

Cet objectif ambitieux se traduit par la nécessité de mettre en place des politiques publiques proactives et engagées, et de considérer le numérique comme un sujet de régulation à part entière autant que comme un outil de progrès. Tous nos travaux partagent ainsi un ensemble de convictions et d’impératifs comme :

  • L’importance de la mesure des impacts et des politiques publiques
  • La régulation des acteurs économiques les plus structurants
  • L’éducation et la formation de tous comme piliers.

Pendant ces deux années, nous nous sommes mobilisés pour montrer via nos recommandations qu’il est possible de penser un numérique responsable et juste, en accord avec la société dans laquelle nous avons envie d’évoluer. En tant que présidente, je suis fière de ce que nous avons accompli. Salwa Toko, présidente du CNNum

Le 8 septembre dernier, nous avons en effet remis à  Elisabeth Borne, Ministre du Travail, Elisabeth Moreno, Ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances, Nadia Hai, Ministre déléguée chargée de la Ville, et Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, notre sur « Faire du numérique un accélérateur de diversité ».

Un rayonnement influent en France et en Europe auprès de publics divers

Créé en 2011 par le Président de la République dans une volonté de bénéficier d’une commission indépendante capable d’éclairer le Gouvernement et de participer au débat public dans le domaine du numérique, le CNNum s’est imposé comme un acteur incontournable de l’écosystème numérique français et européen.

Nous avons ainsi eu à cœur au cours ces deux dernières années d’élaborer et de faire rayonner leurs recommandations auprès de tous les publics, spécialistes ou non.

Nous avons également travailler en collaboration avec le World Economic Forum sur la question de la Reconnaissance faciale. Dans ce cadre là, a été élaboré un   livre blanc « Cadre d’action pour un usage responsable de la reconnaissance faciale Cas d’usage : gestion des flux, Partie II ».

Le Conseil co-organise le Forum sur la gouvernance de l’Internet France depuis 2018 et a participé à l’Internet Governance Forum de Berlin en 2019 en présence de la chancelière allemande et à celui de 2020. Il intervient auprès de la communauté francophone de l’ICANN.

Plus globalement, cette mandature a donné une voix à ses idées et expliqué les enjeux liés au numérique lors de plus de 55 événements, allant du Salon de l’Agriculture au colloque de l’OCDE “Global Anti-corruption & integrity” en passant par le Congrès annuel de Professional Women’s Network. Le Conseil a été auditionné en tant qu’expert dans les chambres parlementaires européennes et a participé à de nombres consultations.

 

 

📌 Le rapport d’activité de la mandature