Déplacement au centre pénitentiaire de Saint-Etienne La Talaudière

Lundi 6 novembre, comme une trentaine de mes collègues membres de la commission des lois, j’ai exercé mon droit de me rendre dans une prison.

Ainsi, durant plus de quatre heures, j’ai pu visiter le centre pénitentiaire de Saint-Etienne La Talaudière : administration, cellules, ateliers, unité de santé, quartier disciplinaire, cours, salles de classe, bibliothèque et me rendre compte tant des conditions d’incarcération (sur population et vétusté des lieux) que des conditions de travail difficiles du personnel pénitentiaire : en sous effectif, en manque de reconnaissance et devant faire face à des restrictions budgétaires contraignantes.


Au terme de ces démarches, avec mes collègues nous disposons d’une vision personnelle et concrète, dont nous avons débattu mercredi 8 novembre à 10h lors d’une réunion à l’Assemblée nationale.

En effet, à cette occasion, j’ai rendu compte de la situation de vétusté avancée dans laquelle se trouve la Maison d’arrêt de Saint-Etienne -La Talaudiere. Cette situation conduit les personnels à subir des conditions de travail inacceptables.

Elle obère également tout travail sérieux pour prévenir les risques de récidives et établir des conditions de détention compatibles avec une réinsertion réelle des détenus.

C’est le sens de ma contribution  lors du partage d’expérience sur le système carcéral après les visites d’une trentaine de prisons par les membres de la commission des lois.


Le mardi 14 novembre, nous avons aussi confronté le bilan de nos visites aux constats établis par la contrôleure générale des lieux de privation de liberté. Ensuite nous allons pouvoirs aborder de façon éclairée les « chantiers de la justice » initiés par la ministre de la justice (Ministère de la Justice) notamment en ce qui concerne le sens et l’efficacité de la peine.

Pour voir la cartographie des établissements visités : http://assnat.fr/MjkE6e