Donner à notre police les moyens d’agir au quotidien pour les Stéphanois

Mercredi 4 juillet, à l’unanimité, nous avons adopté en première lecture la proposition de loi, dont j’étais l’un des premiers signataires, de mon groupe parlementaire, , permettant de renforcer la lutte contre les rodéos motorisés.

Je me félicite du vote de ce texte ambitieux qui apporte une réponse pénale adaptée pour combattre ce phénomène, tant à la fois pour les habitants qui subissent ces pratiques, que pour les jeunes qui se livrent à ces rodéos, que pour nos forces de police et de gendarmerie. Ils disposeront enfin de réponses spécifiques permettant mettre un terme au sentiment d’insécurité mais aussi au sentiment d’impunité.

En effet, les dispositions de cette proposition de loi renforcent les sanctions contre les auteurs de ces pratiques : le rodéo motorisé est juridiquement défini en tant que délit spécifique, passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ; l’incitation ou l’organisation de rodéos urbains sont réprimées également, les véhicules seront obligatoirement confisqués.

 

La proposition de loi