Face à une hargne incessante, la parole vraie et rassembleuse du Président de la République

Alors que certains se complaisent dans la hargne et l’amertume, Emmanuel Macron, Président de la République, a adressé, mardi un message de rassemblement et d’unité aux euro députés réunis en session plénière à Strasbourg  pour débattre de l’avenir de l’Europe.

Dans le prolongement de ses discours d’Athènes et de la Sorbonne de l’automne 2017, Emmanuel Macron n’a pas dévié de ses positions. S’opposant ainsi, une nouvelle fois à ces détracteurs, qui sont encore à se chercher ou à courir après les électeurs de leurs concurrents.

Défendant le principe d’une Europe forte et souveraine et invitant les Européens à participer à la définition de l’Union de demain, Emmanuel Macron a fait montre de responsabilité et de vérité. En effet, alors que la réalité est souvent complexe et le combat difficile « honnir l’Europe est facile », se dédouaner de ses devoirs également !

Prenons en exemple la question de l’immigration : alors même que nous débattons à l’ Assemblée nationale du projet de loi pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif, – Gérard Collomb – un texte équilibré qui vise à concilier humanité et efficacité, Laurent Wauquiez, Président de les Républicains, désireux de préempter ce thème face au discours du Front national, défend la suppression du droit du sol. N’était-ce pas ce même Laurent Wauquiez qui entre 2003 et 2012, disait le contraire : « Le droit du sol, c’est la France » ?

Mais surtout, se complait dans les contrevérités en affirmant que ce texte ne contient aucune mesure sérieuse qui pourrait contrôler l’explosion de l’immigration. Ou bien encore, en lançant une polémique sur la question du regroupement familial qui serait renforcé.

Autre exemple significatif, alors que le Président de la République Élysée – Présidence de la République française en appelle à la solidarité de chacun, en matière de relance, d’emploi, de lutte contre le terrorisme ou les exactions inhumaines commises contre des civils à l’extérieur de nos frontières, Laurent Wauquiez, à tour de petites phrases, joue un jeu dangereux d’équilibriste tout en divisant les Français.

Mettant en cause l’utilité des frappes en Syrie et la stratégie de la coalition, le président de Les Républicains surprend jusque dans ses rangs.

En assimilant, terrorisme et communautarisme, il alimente les fantasmes de certains.

En spéculant sur un soi-disant « aveuglement irresponsable du Président de la République en matière de la lutte contre le terrorisme », il joue avec les peurs de nos concitoyens.

Déroulant son opposition tous azimuts, Laurent Wauquiez semble se chercher une identité politique. Le Président de la République, lui, assume ses choix.
Il œuvre à renforcer l’action extérieure de l’ Union Européenne, que ce soit pour assurer la sécurité intérieure et extérieure de l’Europe, pour faire progresser l’Europe de la défense. Il agit pour améliorer la défense des intérêts stratégiques du continent dans la compétition commerciale internationale. Et surtout, il tient son engagement principal : réformer la France.