Forum des élus France-Maroc : bâtir un modèle de coopération inédit

J’ai participé les 22, 23 et 24 mars derniers au forum des élus France-Maroc, organisé par le cercle Eugène Delacroix (1), présidé par Salah BOURDI, à Casablanca, sous la présidence de la région Ile-de-France et de la région de Casablanca-Settat. Ce forum est un premier pas pour instaurer un modèle de coopération inédit entre les élus de la République française et les élus du Royaume du Maroc sur des problématiques communes, et notamment la révolution numérique, le développement économique, la régionalisation et l’attractivité locale.

Autour de quatre tables rondes, en présence notamment de Arnaud de SURY, consul de France et de Mbarka BOUAIDA, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, chargée de la Pêche maritime,  nous avons ainsi pu échanger expériences et difficultés sur ces diverses thématiques.

« Cette rencontre inédite d’élus s’inscrit dans la dynamique de la coopération signée entre la région Île-de-France et la Région de Casablanca-Settat, » a souligné Khadija GAMRAOUI, secrétaire générale du Cercle Eugène Delacroix, lors de ce forum.

Dépassant les clivages politiques, nous avons essayé de dresser un panorama des diverses expériences et d’en tirer les enseignements nécessaires afin de valoriser les bonnes pratiques, de conjuguer les spécificités territoriales et de promouvoir les initiatives managériales les plus pertinentes.

En effet, alors même qu’en France les régions ont acquis de nouvelles compétences et fusionné, au Maroc, ce nouvel échelon territorial a été créé tout récemment. Les échanges autour de la régionalisation ont donc été très riches  et ont permis de réaffirmer l’importance d’associer les territoires dans la prise de décisions.

L’enjeu des prochaines décennies, à l’aune de la révolution numérique, pour les pouvoirs publics, est de favoriser l’émergence d’une véritable dynamique des territoires.

Les collectivités doivent donc, en France comme au Maroc, repenser leur organisation pour s’adapter aux évolutions technologiques et répondre aux besoins d’hyperconnectivité des citoyens.

Des problématiques qui me sont chères et sur lesquelles j’ai essayé d’apporter quelques éclaircissement. La révolution numérique est en effet une opportunité pour nos territoires et nos administrations mais elle passe obligatoirement par des accompagnements en termes de formation, de développement des infrastructures, de coopération.

Ce Forum a aussi été l’occasion d’élargir le débat  afin de sensibiliser les élus aux enjeux de la coopération décentralisée.

C’est ce qu’a si bien rappelé, Mustapha BAKKOURY, président de la région de Casablanca-Settat dans son intervention :

Co-construisons ensemble un modèle de réussite qui s’appuie sur un échange d’expériences réussies afin que nous puissions rendre la gestion de nos territoires plus efficientes.

 

 

 

(1) Le cercle Eugène Delacroix : créé à l’initiative d’élus de la République française, il vise à renforcer les liens avec le Maroc. Il rassemble plus de 200 élus. Il est présidé par le stéphanois, Salah BOURDI.