« Il convient d’agir fortement, rapidement et partout, selon les mêmes règles et les mêmes calendriers »

Jean Castex, Premier ministre, en application de l’article 50-1 de la Constitution, s’est exprimé devant l’Assemblée nationale ce jeudi 1er avril au matin, sur l’évolution de la situation sanitaire et les mesures nécessaires pour y répondre. Aux côtés de mes collègues de la majorité, et parce qu’il est de notre responsabilité de trouver les ressources pour faire face à ce choc grave et inédit,  j’ai voté la déclaration du Gouvernement, adoptée à une large majorité par 348 voix contre 9.

Suite aux annonces d’Emmanuel Macron, président de la République, le 31 mars au soir, Jean Castex, Premier ministre, a prononcé une déclaration relative à l’évolution de la situation sanitaire et les mesures nécessaires pour y répondre.

En effet, face à l’évolution de la situation sanitaire et à la propagation du virus qui a accéléré depuis début mars, des mesures indispensables pour protéger tous les Français et pour freiner l’épidémie sont indispensables.

Ces mesures nouvelles sont donc nécessaires pour protéger la vie et la santé de beaucoup de nos concitoyens, particulièrement les plus fragiles. Elles sont nécessaires pour nous permettre de franchir un cap, espérons-le un dernier cap, dans la perspective du déploiement massif de la vaccination et d’un retour à une vie normale. Jean Castex, Premier ministre.

Aussi aujourd’hui, comme l’a rappelé le Premier ministre, il convient d’agir fortement, rapidement et partout, selon les mêmes règles et les mêmes calendriers.

L’enjeu des prochaines semaines ne se limitera pas à l’édiction de nouvelles règles. Il s’agira surtout de permettre leur bonne appropriation par nos concitoyens et bien-sûr de veiller à leur bonne application. Si l’immense majorité de nos concitoyens respecte spontanément les règles sanitaires en vigueur, une minorité d’entre eux s’y refuse. À ce titre, je condamne sans réserve l’irresponsabilité dont font montre certains, se croyant sans doute invincibles aux ravages de la maladie qui pourtant nous démontre chaque jour le contraire. Ces comportements – qu’il s’agisse des rassemblements festifs, du non-respect du couvre-feu ou du refus du port du masque – nous devons les prévenir et les sanctionner. Jean Castex, Premier ministre.

Par courage et par responsabilité, notre majorité prend donc des décisions afin de continuer à tenir ensemble. Ces décisions concernent aussi notre vie démocratique et la tenue des élections.

 

Nous devons donc nous assurer que l’ensemble de ces conditions pourront bien être satisfaites pour maintenir le calendrier tel que la loi l’a prévu, scénario qui constitue pour le Gouvernement l’hypothèse de base. À cet effet, je vais engager sans délai une consultation des partis politiques (…) parce qu’ils concourent à l’expression du suffrage, et des associations d’élus locaux. Un débat fondé sur l’article 50-1 de la Constitution sera organisé au Parlement, sur la base de l’ensemble
de ces éléments. Jean Castex, Premier ministre.

 

Aussi, « comme toujours, c’est dans l’unité et dans le recours aux valeurs de solidarité et de responsabilité que nous trouverons les ressources pour faire face à ce choc grave et inédit. C’est la caractéristique profonde de cette crise : elle fait appel au sens des responsabilités de tous et de chacun, loin des postures faciles et du simplisme ». Jean Castex, Premier ministre.

👉 Discours de M. Jean CASTEX Premier ministre – Déclaration du Gouvernement devant l’Assemblée nationale – 01.04.2021

 

Tenir ensemble

Comme l’a rappelé de son côté, Christophe Castaner, président du groupe LAREM, « C’est l’intelligence de tous, la responsabilité, la solidarité, la mobilisation de l’ensemble des acteurs de notre société qui nous permet de tenir. Nous traversons depuis plus d’un an une crise sanitaire et économique internationale, à laquelle nous résistons, ensemble, à laquelle nous opposons toute notre combativité, unis ». 

C’est pourquoi, en conscience, j’ai approuvé les mesures sanitaires des prochaines semaines annoncées par le Président de la République.

 

Aujourd’hui, ne laissons pas le virus ouvrir un second front, celui de la fracture de notre pays. La France fait face parce qu’elle est unie. La France s’en sortira parce qu’elle fait bloc. Professionnels, amis, voisins, familles, des enfants jusqu’aux grands-parents, nous avons su montrer le visage uni de la France : exigeant, harassé, mais toujours mobilisé.  Christophe Castaner, président du groupe LAREM 

 

Continuons à tenir ensemble, loin des querelles politiciennes et de ceux qui n’ont de cesse, par « lâcheté ou par calcul, refusent le vote, mais crient au manque de consultation ». Aussi, hier, aujourd’hui, comme demain, je répondrai présents dans cette dernière ligne droite, aux côtés du Gouvernement, mais aussi et surtout aux côtés des Stéphanoises et Stéphanois. Jean-Michel MIS 

 

👉20210401 DG_CCASTANER (1)