Innovation de rupture et intelligence artificielle au coeur du groupe de travail de l’assemblée parlementaire franco-allemande

En ma qualité de membre de l’assemblée parlementaire franco-allemande, j’ai participé, lundi 1er juillet, à la première réunion de notre groupe de travail sur l’innovation de rupture et l’intelligence artificielle.

Ce groupe de travail est composé de mes collègues Christine Hennion, Constance Le Grip et Sylvain Waserman ainsi que de nos homologues, les députés allemands Anna Christman, Katrin Staffler, Karamba Diaby et Olivier Luksic.

Il poursuit plusieurs buts :

  • Identifier les activités franco-allemandes en cours en matière d’innovation de rupture et d’intelligence artificielle et définir une vision commune à l’horizon 2030 ;
  • Renforcer et initier de nouvelles activités ;
  • Définir une vision commune à l’horizon 2030 sur l’innovation ;
  • Établir des procédures communes en matière de recherche et de financement ;
  • Établir des procédures de contrôle et d’évaluation du Conseil des Ministres franco-allemand afin d’appuyer des mesures communes en matière d’innovation de rupture et d’intelligence artificielle.

Afin de faire un point précis sur la coopération franco-allemande en matière d’innovation de rupture et d’intelligence artificielle ont participé à nos échanges Jean-David Malo (Directeur à la Direction Générale de la recherche et de l’innovation, Commission européenne en charge de l’innovation ouverte et la science ouverte), Laurent Crouzet (Chargé de mission au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche), Andreas Hartl (Directeur de la division intelligence artificielle et de l’économie des données au Ministère fédéral de l’Économie et de l’Energie), Matthias Bethge (Président du Centre Bernstein pour les neurosciences computationnelles de Tübingen et Vice-président du Réseau Bernstein en neurosciences computationnelles), Holger-Hendrik Hoos (Professeur associé à l’Université de Leiden), et enfin Philipp Slusallek (Directeur scientifique au Centre de recherche allemand pour l’intelligence artificielle (DFKI)).

Cette réunion a également été l’occasion d’établir une feuille de route (d’ici aux réunions de novembre/décembre 2019), mais aussi de définir la méthode de travail,  afin de présenter une proposition d’action concrète et opérationnelle dès la réunion du 23 septembre prochain.

Cette première réunion laisse présager des travaux forts prometteurs au sein de notre assemblée. Ils s’inscrivent, par ailleurs, parfaitement dans les travaux de réflexion menés avec nos partenaires allemands et déjà très avancés en matière d’intelligence artificielle.

👉Plus d’information sur l’Assemblée parlementaire franco-allemande 🇫🇷🇩🇪