J’ai ouvert le colloque « Comment mieux coopérer pour aller plus loin » présidé par Jean-Pierre RAFFARIN

Jeudi 14 juin, au sein de la salle Colbert de l’Assemblée nationale, j’ai accueilli Jean-Pierre RAFFARIN, Haut représentant de la République française pour la Chine et ancien Premier ministre, à l’occasion du colloque « Comment mieux coopérer pour aller plus loin ? Anticiper pour envisager de manière concrète, pertinente et pérenne des solutions d’avenir entre la France et la Chine ».

En effet, à la demande de la présidente de la Délégation chargée des activités internationales du bureau de l’Assemblée nationale, Madame Carole BUREAU-BONNARD et en tant que membre du groupe d’amitié France-Chine, j’ai eu l’honneur d’ouvrir les débats de ce colloque sur la coopération franco-chinoise.

Organisé dans le cadre des relations franco-chinoises, par le Club Paris-Shanghai et le centre d’études et de prospection stratégique, ce colloque a été l’occasion de dresser un bilan du rôle de la France et de l’Union européenne en Chine mais aussi et surtout de parler d’avenir.

Après un mot d’accueil d’Hélène PICHON, directrice des relations avec les institutions du centre d’études et de prospection stratégique, je suis intervenu pour remercier tout d’abord Patrice CRISTOFINI, fondateur du club Paris-Shangaï-CEPS d’avoir pris l’initiative de cette réunion. Puis j’ai salué la présence de Jean-Pierre RAFFARIN, éminent connaisseur de la Chine, ainsi que des représentants de l’ambassadeur de Chine en France.

J’ai ensuite rappelé que l’Assemblée nationale, mais également le Sénat, conduisent une politique active en direction de la République populaire de Chine. Les liens politiques sont étroits et nombreux.

En dix ans, le président de l’Assemblée nationale s’est rendu à cinq reprises en Chine. La première vice-présidente de l’Assemblée nationale, qui est en charge des activités internationales, revient de Chine où elle a effectué une visite officielle de cinq jours le mois dernier, lors du 21ème Exposition internationale des Hautes Technologies de Beijing. Une grande commission parlementaire bilatérale réunit chaque année, en alternance à Paris et à Pékin, les députés français et chinois depuis 2010.

Nous sommes aussi en train de renforcer ces liens en mettant en place un processus de rencontre annuelle entre les présidents des commissions des affaires étrangères de l’Assemblée nationale et de l’Assemblée populaire nationale.

Par ailleurs, le président de l’Assemblée nationale, l’ambassade de Chine et le groupe d’amitié France-Chine organisent chaque année  à la présidence de l’Assemblée, ce qui, est un exemple unique dans le monde, une réception pour célébrer le Nouvel An chinois avec les parlementaires, les diplomates chinois, la communauté asiatique de Paris et en y conviant les représentants des entreprises françaises et chinoises.

J’ai également rappelé que les liens politiques entre les partis politiques sont également étroits : Jean-Pierre Raffarin peut en témoigner pour Les Républicains mais notre jeune mouvement de La République en Marche a déjà pu organiser des rencontres avec la direction du parti communiste chinois en décembre dernier, qui vont se poursuivre cette année par des visites croisées en France et en Chine.

Cette présence politique est importante pour la bonne qualité de notre coopération bilatérale. Elle traduit l’existence d’un lien d’amitié ancien et profond entre les responsables politiques français et chinois et reflète une volonté de partage et de progrès entre les peuples français et chinois.

Les débats se sont ensuite poursuivis autour de table-rondes d’une grande qualité, autour notamment du professeur Ding YUAN, vice-président de China Europe International Business School (CEIBS), une grande école de commerce établie à Shanghai.

La projection du film « Les Travailleurs Chinois de la Grande Guerre », réalisé par Monsieur Karim HOUFAÏD qui a reçu le prix spécial du jury du Festival de cinéma Chinois de Paris, et film labellisé par la Mission du Centenaire, a clos cette journée riche en échanges.