« Jour historique pour l’Europe ! »

A l’issue d’un Sommet extraordinaire débuté vendredi 17 juillet, les Vingt-Sept ont trouvé, ce mardi 21 juillet, un accord pour un plan de relance historique, basé pour la première fois sur une dette commune. L’Europe va mettre en œuvre un plan de relance fondé sur la solidarité pour faire face à la crise et répondre aux défis sociaux, économiques et écologiques.

Aujourd’hui, c’est une Europe plus verte et plus solidaire qui voit le jour. Une avancée majeure sous l’impulsion du couple franco-allemand, pour l’intérêt général européen et national.

« Avec l’Allemagne, nous avons rendu le plan de relance possible. Merci à Angela Merkel, Ursula von der Leyen, Charles Michel et à l’ensemble de nos partenaires européens d’avoir partagé cette ambition. Depuis l’euro, nous n’avions pas connu une telle avancée. » Emmanuel Macron, Président de la République

« Nous avons un accord. Et un bon accord ! Avec un budget 2021-2027 de 1074 milliards et un plan de relance de 750 milliards, jamais l’Union européenne n’avait décidé d’investir de manière aussi ambitieuse dans l’avenir » Sophie Wilmes, Première Ministre Belge

Le plan est adossé au budget à long terme de l’Union européenne (2021-2027), doté de 1 074 milliards d’euros, soit 154 milliards d’euros par an.

Pour soutenir l’économie européenne face à la récession, le plan de l’UE prévoit un fonds de 750 milliards d’euros, qui pourront être empruntés par la Commission sur les marchés.

✅ 390 milliards de subventions, qui seront allouées aux Etats les plus frappés par la pandémie
✅ 360 milliards d’euros seront disponibles pour des prêts, remboursables par le pays demandeur.
« Nous avons gagné une bataille culturelle en Europe. La solidarité européenne est désormais gravée dans le marbre. »  Stéphane Séjourné , Président de la délégation Renew
▶️ La France recevra 40 milliards d’euros de subventions.
 📍 Cette dette commune sera à rembourser par les 27.
L’accord prévoit ainsi que 30 % des dépenses, du budget comme du plan de relance, devront aller directement à la lutte contre le réchauffement climatique. Sur le conditionnement à l’Etat de droit, une éventuelle suspension des fonds européens devrait être approuvée par une majorité qualifiée des Etats membres (55 % des pays de l’UE représentant 65 % de la population totale), un point d’atterrissage plus accommodant que le dispositif originel proposé par la Commission européenne.
« Le Plan de relance fondé sur cette solidarité européenne, c’est un changement historique de notre Europe et de notre zone euro » Emmanuel Macron, Président de la République 
L’accord conclu est historique pour l’Europe. Avec 750 milliards d’euros il éloigne le risque d’effondrement des pays européens.
« Pour la première fois dans l’histoire européenne, le budget est lié aux objectifs climatiques, pour la première fois, de respect de l’État de droit devient une condition pour l’octroi des fonds » Charles Michel, Président du Conseil européen