Le 25 août 1944, Saint-Etienne fut « libérée » !

Il y a 76 ans, avec l’aide des forces alliées, la France brisait enfin les chaînes dans lesquelles l’armée d’Hitler l’avait enchaînée durant quatre longues années, car pour la seconde fois, en cette année 1944,  de nombreux soldats alliés débarquaient sur les plages de notre pays pour le délivrer du joug de l’occupant. Il y eut le débarquement de Normandie et il y eut le débarquement de Provence. Il y eut le 6 juin et il y eut le 15 août. La reconquête de la France avait commencé par le nord, sur les côtes de la Manche, elle se poursuivit par le sud sur les côtes de la Méditerranée. Le 25 août 1944, Saint-Etienne fut « libérée ». J’étais présent, ce samedi 29 août, au 76 ème anniversaire de la libération de Saint-Etienne.

Dans le département de la Loire, l’organisation de la Résistance à l’occupation allemande est essentiellement l’oeuvre d’un homme, le capitaine Jean Marey.

Le 19 août 1944, les troupes allemandes quittent Saint-Étienne devant l’avancée de l’armée française. Après le départ des troupes allemandes et des collaborationnistes à Saint-Etienne, un premier détachement de francs-tireurs et partisans (FTP), le groupe mobile (GMO) Cassino provenant d’Estivareilles et les Forces Françaises de l’intérieur (FFI) sont rentrés dans la ville.

« Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. » Ferdinand FOCH

En ce samedi 29 août, nous avons donc honoré la mémoire des déportés, des combattants et des résistants.

Le 22 août dernier, des inscriptions ignobles et glaçantes ont été effectuées à l’entrée du Centre de la mémoire du village d’Oradour-Sur-Glane. Une insulte à la mémoire de nos martyrs et au souvenir du massacre d’Oradour-Sur-Glane.Je condamne avec force ces actes de haine.