« Le vaccin est une chance extraordinaire, mais c’est ensemble que nous gagnerons cette bataille »

Ce lundi 4 janvier, à l’occasion de notre réunion hebdomadaire avec Catherine Séguin, préfète de la Loire, nous avons fait le point sur la campagne de tests massifs qui se déroulera à Saint-Etienne du 13 au 19 janvier puis du 22 au 28 février, mais aussi sur la campagne de vaccination.

↪️ Sur la campagne de tests :

Ce sont ainsi 14 centres répartis sur la ville qui pourront accueillir du 13 au 19 janvier puis du 22 au 28 février, les personnes souhaitant se faire tester. Le test de Bio Speedia sera utilisé.

Je tiens donc à saluer l’engagement de tous les acteurs mobilisés pour contribuer à la réussite de cette campagne et particulièrement la Ville de Saint-Étienne, la préfecture de la Loire, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, l’Agence Régionale de Santé – Auvergne Rhône-Alpes, l’ordre des médecins, l’ordre des infirmiers, le CHU de Saint-Étienne et les étudiants de la Faculté de Médecine de Saint-Etienne et de l’Ecole de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers et d’Aides-Soignants.

Par ailleurs, Madame la Préfète présidera un comité stratégique départemental qui sera effectif dès ce jeudi 7 janvier. Il associera l’ensemble des partenaires concernés et notamment les collectivités locales, les parlementaires, l’ordre des médecins et des infirmiers, les professionnels de santé et des personnes qualifiées de la société civile.
↪️ Sur la campagne de vaccination :
✅ L’arrivée des premiers vaccins Pfizer est annoncée dès le 6 janvier avec un début des vaccinations à partir du 7 janvier au sein de l’EHPAD de la résidence mutualiste (Mutualité française Loire – Haute Loire – Puy de Dôme SSAM / Aésio Santé) à Bellevue et au sein de l’unité de soins de longue durée du CHU de Saint-Étienne à Bellevue.
✅ Alors que le propre du populisme est de disserter sur ce qu’il aurait fallu faire, le propre du réformisme c’est d’assumer la complexité est de prendre des décisions sans avoir de garanties.
Dans un monde où une stratégie sur un an est jugée sur une semaine, où la vérité d’un jour chasse celle de la veille, où la minute de buzz vaut plus que les heures de travail, nous avons fait le choix dans un premier temps, comme le préconisait l’avis de la Haute Autorité de Santé mais aussi celui du Conseil consultatif national d’éthique (CCNE), qui s’est exprimé sur le recueil du consentement, de vacciner les personnes les les plus vulnérables, les personnes pouvant développer des COVID très graves. Ouvrir immédiatement la vaccination à tous, reviendrait à permettre à des gens moins fragiles de passer devant des personnes très à risque. Ce ne serait pas juste. Il faut d’abord servir ceux qui en ont le plus besoin.
Maintenant, nous faisons le choix d’amplifier, d’accélérer et de simplifier la stratégie de vaccination.
Parce que la lutte contre la COVID19 est une course contre la montre :
📌 Dès aujourd’hui, nous amplifions la campagne de vaccination, en autorisant la vaccination contre la COVID19 :
▶︎ À tous les professionnels de santé de ville et d’hôpital de plus de 50 ans ;
▶︎ Aux pompiers de plus de 50 ans;
▶︎ Aux aides à domicile de plus de 50 ans;
📌 Nous accélérons la campagne de vaccination :
▶︎ 100 hôpitaux dotés de vaccins d’ici demain;
▶︎ 100 centres de vaccination destinés à la ville cette semaine, 300 la semaine prochaine, 500 en janvier;
▶︎ Début de la vaccination de tous les Français + de 75 ans avant la fin janvier;
📌 Nous simplifions la campagne de vaccination :
▶︎ En remplaçant la consultation pré-vaccinale par un dispositif plus direct;
▶︎ Davantage de soignants pourront vacciner sous la responsabilité d’un médecin;
▶︎ Pré-inscription par internet, téléphone ou sur Tous AntiCovid.
L’erreur et les doutes sont consubstantiels à la prise de risques et les certitudes aux « YakaFokon ».
Malgré le million de Britanniques vaccinés, le Royaume-Uni a entamé lundi soir soir un nouveau confinement total. Cela devrait inciter ceux qui portent des jugements à l’emporte-pièce, en rentrant de vacances, à faire preuve de plus de retenue et d’Unité Républicaine
✅ Le vaccin est une chance extraordinaire.
Mais c’est ensemble que nous gagnerons cette bataille en respectant, en responsabilité, toutes les consignes :
▶︎ Portons le masque quand la distanciation ne peut être respectée ou quand celui-ci est obligatoire ;
▶︎ Lavons-nous régulièrement les mains ;
▶︎ Maintenons une distance de plus d’1 mètre avec chaque personne.
▶︎ Téléchargeons l’application Tous AntiCovid.
 👇🏻 En savoir plus :
Stratégie vaccinale 

A l’initiative de la France, nous avons lancé une équipe de négociation européenne en juin dernier, qui nous a permis de constituer un portefeuille large de vaccins, identique pour tous les pays européens. 

Les 5 vaccins dont l’arrivée sur le marché est prévue au le premier semestre 2021 avaient été précommandés par l’Europe. Il s’agit des vaccins BioNTech-Pfizer, Moderna, Curevac, Astrazeneca et Janssen. 

Nous avons commandé plus de doses que nécessaires au cas où l’un des vaccins prendrait du retard. 

Nous avons ainsi commandé de quoi vacciner 100 millions de personnes, soit plus que la population Française. 

Ces vaccins arriveront progressivement au cours du premier semestre, nous permettant d’atteindre notre cible d’au moins 15 millions de personnes vaccinées d’ici l’été. La campagne vaccinale durera ainsi plusieurs mois. 

Mais en raison de l’arrivée progressive des doses, il n’est pas possible de proposer à tous les Français de se faire vacciner dès les tous premiers mois de la campagne. 

C’est la raison pour laquelle la Haute Autorité de Santé a établi un ordre de priorités : 

Etape 1 : les personnes âgées en établissement (EPHAD) 

Etape 2 : les personnes de plus de 75 ans, puis les personnes de plus de 65 ans, puis les soignants de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités 

Etapes 3, 4, et 5 : élargissement de la vaccination à toute la population. 

A ce stade, seul le vaccin BioNTech-Pfizer a reçu toutes les autorisations, lui permettant d’être administré en Europe et en France. 

Nous aurons reçu 2,6 millions de doses de ce vaccin d’ici début février, soit exactement le même quantum que nos voisins européens, au prorata de notre population. 

Cela nous permettra donc de vacciner 1 million de personnes d’ici début février. Ce vaccin nécessite en effet deux doses (et pour chaque dose administrée, une dose est mise de côté pour la seconde injection). 
Il faut de surcroît prendre une marge de sécurité, car certaines doses pourraient ne pas pouvoir être utilisées (il s’agit d’un vaccin « multidoses », chaque flacon contenant 5 injections, dont certains ne pourront être utilisées à plein, même si la consigne a été donnée de maximiser l’utilisation des doses). 
Aussi, d’ici début février, nous aurons vacciné exactement autant de personnes de nos voisins européens, au prorata de notre population. 

Nous avons toutefois fait le choix de démarrer plus progressivement, afin d’accompagner au mieux les personnes âgées en EPHAD vers la vaccination.
 
La vaccination n’est pas obligatoire, et doit résulter du libre-choix. 

Dès que le vaccin Astrazeneca arrivera sur le marché, celui-ci sera disponible dans toutes les pharmacies et pourra être administré par son médecin traitant, à côté de chez soi (il s’agit d’un vaccin plus « classique », avec moins de contraintes de conservation, pouvant donc être distribué plus facilement)