Les identités numériques au coeur de l’Agora du Forum International de la Cybersécurité

Enjeu majeur pour nos sociétés, la cybersécurité a tenu son Forum à Lille, les 22 et 23 janvier, à l’occasion du Forum International de la Cybersécurité (FIC). Durant deux jours étudiants, universitaires, entrepreneurs, décideurs et élus ont échangé et débattu. Pour ma part, j’étais l’invité de la Grande Agora du FIC afin d’aborder la question des identités numériques.

Le Forum International de la Cybersécurité s’inscrit dans une démarche de réflexions et d’échanges afin de promouvoir une vision européenne de la cybersécurité.

Ce forum s’articule autour d’un salon, pour identifier des solutions ou services répondant à ses besoins, recruter des profils spécialisés, développer et entretenir son réseau ; d’un forum, pour échanger avec des experts, se perfectionner et partager les retours d’expérience ; et d’un observatoire, pour poursuivre les échanges tout au long de l’année, approfondir les thématiques et faire vivre son réseau.

Dans la continuité de mes engagements au sein de l’Assemblée nationale et conscient des enjeux liés aux questions de cybersécurité, c’est donc avec plaisir et honneur que j’ai accepté de participer à cette 11e édition du FIC.

Avec mille milliards de machines connectées annoncées en 2030, il faut que chaque maillon nouveau soit configuré avec des ambitions de cybersécurité pour lui-même et pour l’écosystème qu’il rejoint.

Ainsi, suite au discours inaugural de Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur qui a rappelé le défi majeur que constitue la cybersécurité, j’ai participé avec six de mes collègues parlementaires au Grand Agora du FIC. durant près de deux heures, nous avons échangé et débattu des questions liées aux identités numériques.

Notre vie quotidienne, personnelle et professionnelle est désormais aussi numérique. C’est autant une force qu’une vulnérabilité. Pour toujours mieux protéger les français et relever ce défi majeur, nous recrutons 800 cyberenquêteurs, Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur.

 

 

 

Valérie PENEAU, directrice interministérielle à l’identité numérique, a ouvert la discussion. Elle est revenue sur  les travaux du programme visant à déployer un parcours d’identification numérique sécurisé.

Puis, pour ma part je suis revenu sur les questions et les enjeux liés au développement des identités numériques et sur les questions liées à leur sécurisation.

 

A la suite de ces échanges, un débat s’est ouvert avec le public présent : de l’intérêt d’un internet européen à l’utilité de la blockchain pour sécuriser les identités, les questions ont été très riches.

Dans la continuité de ces échanges, j’ai également participé à un plateau télé afin de revenir en détail sur les suites de mon rapport parlementaire sur la technologie “blockchain”, publié le 12 décembre 2018. J’ai pu expliqué, entre autres, pourquoi la France ne devait pas louper ce virage technologique.

Ce forum a aussi été l’occasion pour Florence PARLY, ministre des Armées, de revenir sur la stratégie française en matière de cyberdéfense. Les militaires français ne doivent désormais plus seulement se défendre face aux cyberattaques : ils doivent être en capacité d’en initier.

Selon la ministre, les armées françaises et leur ministère de tutelle sont la cible d’une centaine de cyberattaques par an.

En 2017, « 700 incidents de sécurité, dont une centaine d’attaques, ont ciblé les réseaux du ministère. En 2018, ce même nombre a été atteint dès septembre. Ce sont donc plus de deux incidents de sécurité par jour qui ont touché tout autant notre ministère, nos opérations, nos expertises techniques et même un hôpital d’instruction des Armées », a  rappelé Florence PARLY.

La guerre cyber a commencé. Nous ne sommes ni naïfs ni aveugles et nous allons nous y préparer. La nouvelle doctrine inclue la Lutte Informatique Offensive en opération, Florence PARLY, ministre des Armées.

Cette lutte informatique offensive (LIO) repose sur trois axes  : le renseignement à des fins de ciblage ou de développement capacitaire, la neutralisation de systèmes de commandement adverse de niveau stratégique, la désorganisation de centres de propagande adverses.