Sécurité : intensifier la lutte contre le trafic de stupéfiants , les violences conjugales et les séparatismes

Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur et Marlene Schiappa, Ministre déléguée chargée de la citoyenneté ont présenté ce mardi 13 octobre les chiffres mensuels de la délinquance et de l’activité policière.

Les « résultats » de la lutte contre les trafics de stupéfiants, les violences conjugales, sexistes et sexuelles, ainsi que les séparatismes, priorités affichées du ministère de l’Intérieur, seront annoncés chaque mois par Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur et Marlene Schiappa, Ministre déléguée chargée de la citoyenneté.

Vendredi 9 octobre, Jean Castex, Premier Ministre, a signé le premier contrat de sécurité intégrée à Toulouse.

« La première de ces priorités, et nous l’avons bien constaté ce matin dans nos visites de terrain, c’est d’intensifier la guerre contre la drogue et ses trafics. Car la drogue ne se contente pas d’asservir et de détruire ceux qui la consomme, elle corrompt tout ceux qu’elle touche, elle détruit le lien social.  » Jean Castex, Premier Ministre

Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur et Marlene Schiappa, Ministre déléguée chargée de la citoyenneté ont présenté les chiffres mensuels de la délinquance et de l’activité policière.

🔷 Lutter contre le trafic de stupéfiants : reconquête territoriale

Depuis juillet, plus de 200 opérations ont été menées dans les quartiers ( 831 gardes à vue, 4,2 tonnes de cannabis a été saisi en septembre contre 3 tonnes en août). Cinquante personnes supplémentaires ont été recrutées à l’Office anti-stupéfiant pour 2021 pour porter le total de personnels de l’Ofast à 200. La lutte contre les stupéfiants est une priorité interministérielle.

« Dès ma nomination, j’ai demandé à la Police Nationale, à la Gendarmerie nationale et à l’ensemble des Préfets de multiplier les opérations dans les quartiers, jour et nuit, pour lutter contre les trafiquants. » Gérald Darmanin , Ministre de l’Intérieur

« Autre priorité de notre politique : le retour de l’État dans les zones où la République a pu donner, hélas, le sentiment de reculer sous le poids des trafics et de la violence. Tel est notamment l’objet des quartiers de reconquête républicaine. 48 existent déjà en France. Ils seront 60 d’ici à 2021. » Jean Castex, Premier Ministre

« Après les 15 millions d’euros débloqués pour le commissariat central de Saint-Etienne, ce renforcement des forces de police au sein de la ville de Saint-Etienne est un signal fort donné aux habitants de Saint-Etienne, demandeurs d’une présence rassurante et efficace pour lutter contre la délinquance, mais aussi aux forces de l’ordre, enfin entendues.

25 fonctionnaires de police sont venus renforcer les effectifs à Saint-Etienne, dans des quartiers de reconquête républicaine (Monchovet, Tarentaise-Beaubrun-La Cotonne). » Jean-Michel Mis, Député de la Loire

« Les polices municipales, je souhaite au demeurant que nous les confortions et que nous les renforcions. C’est ainsi que le Gouvernement soutiendra la Proposition de loi qui sera très prochainement examinée, portée par les députés FAUVERGUE et THOUROT, qui va étendre les compétences des policiers municipaux en accroissant leurs prérogatives, notamment celle de pouvoir constater de nouvelles infractions. Je sais que ces décisions sont très attendues par de nombreux maires. » Jean Castex, Premier Ministre

La procédure d’amende forfaitaire délictuelle pour usage de stupéfiants permet de sanctionner la consommation de drogue d’une amende forfaitaire de 200 euros (majorée à 450 euros et minorée à 150 euros), constatée par les forces de l’ordre par procès-verbal électronique, selon les critères et conditions fixées par le ministère de la Justice et le parquet. Elle permet de rendre la sanction plus rapide et plus systématique en cas de flagrant délit, et ainsi d’alléger considérablement le travail des forces de l’ordre et des tribunaux.

« Avec la mise en place de l’amende forfaitaire, on frappe les trafics là où ça fait mal. C’est une politique pragmatique et efficace : action, réaction.Du 1er septembre au 8 octobre, ce sont 9 532 amendes pour consommation de drogue qui ont été dressées. » Gérald Darmanin , Ministre de l’Intérieur

🔷 Lutter contre les violences conjugales

La lutte contre les violences conjugales, intrafamiliales, sexuelles et sexistes est une priorité du Gouvernement, en particulier du ministère de l’Intérieur, qui est le premier contributeur en moyens humains et financiers, avec un engagement pour l’année qui vient de 230 millions d’euros. La France est le seul pays au monde à avoir inscrit dans la loi, en 2018, le délit d’outrage sexiste et la possibilité de le verbaliser.

Contre ce fléau le ministère de l’intérieur est en première ligne, et chaque jour les victimes peuvent signaler les faits aux femmes et aux hommes sur le terrain. Pour aller plus loin dans l’engagement du ministère de l’Intérieur, la ministre délégué demande aux préfets de doubler la verbalisation de harcèlement de rue. Elle confie également à la direction générale de la police nationale (DGPN) et à la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) la mission de faire des recommandations pour lever les freins et soutenir la montée en puissance des verbalisations, d’ici janvier 20

Plus de 2 000 infractions » ont été dressées pour outrage sexiste, depuis la création de cette loi. Ces verbalisations sont en « hausse », avec 142 infractions en septembre 2020, pour 86 en septembre 2019. Ministre déléguée chargée de la citoyenneté.

Depuis le Grenelle des violences conjugales plus de 36.000 forces de l’ordre ont été formées sur le sujet (17.000 gendarmes et plus de 18.000 policiers). Le Gouvernement souhaite doubler le nombre d’interpellations l’an prochain. Un objectif est de faciliter le parcours de la victime pour l’aider à se concentrer sur le plus important : elle-même.

Jamais une majorité ne s’était tant impliqué contre les violences conjugales. Afin d’intensifier la lutte contre ce fléau, le Gouvernement a lancé le 3 septembre 2019 un Grenelle des violences conjugales à Matignon. Cette date, choisie pour faire écho au 3919, a été suivie d’une série de rencontres qui se sont terminées le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

👉 https://www.jeanmichelmis.fr/agir-contre-les-violences-conjugales/

Lorsqu’une personne veut signaler une violence sexiste, sexuelle ou conjugale, elle peut se connecter à la plateforme anonymement, et dialoguer par tchat avec l’un des policiers ou gendarmes spécialement formé à ce type de violence. La plateforme est accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Dès lors que les signalements sont constitutifs d’une infraction pénale, les victimes reçoivent une information sur les démarches à suivre, sur la nécessité de conservation des traces et indices et sont orientées vers le service de police ou l’unité de gendarmerie territorialement compétent pour recevoir la plainte.

👉 https://www.jeanmichelmis.fr/grenelle-des-violences-conjugales-sans-auteur-pas-de-victime/

🔷 Lutter contre les séparatismes 

Créées par la circulaire du 27 novembre 2019, puis présentées devant les préfets, les cellules départementales de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (CLIR) sont des instances opérationnelles de pilotage des différents services départementaux (Direction académique des services de l’Éducation nationale (DASEN), Direction départementale des finances publiques (DDFIP), Caisse d’Allocations Familiales (CAF), Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), Gendarmerie Nationale (GN), Police Nationale (PN), Renseignement territorial (RT)…) et de coordination des actions prioritaires identifiées pour lutter, dans tous les territoires contre l’islamisme et les séparatismes.

🔍  Fermeture des lieux de radicalisation et contrôles : bilan du 10 février 2018 au 5 octobre 2020

👉 356 lieux fermés dont 12 fermetures au cours du mois écoulé ( septembre)  :

📍 Loire= 1 ERP => bar déguisé sous statut association, centre-ville de Saint Étienne hors quartier prioritaire de la politique de la ville 

Les fermetures prononcées mettent en exergue de graves manquements au titre de la protection des populations  notamment des mineurs exposés. La République protège et doit faire respecter, dans tous les territoires, ses lois et ses règlements. Nul ne peut pour des convictions jugées supérieures à ces valeurs s’affranchir des lois de la République.

👉  https://www.jeanmichelmis.fr/renforcer-la-laicite-et-les-principes-republicains/#more-15609

Dès fin 2017, dans 15 quartiers, des plans de lutte contre la radicalisation impliquant l’ensemble des services de l’État ont été déployés. Sur le terrain, 212 débits de boisson, 15 lieux de culte, 4 écoles et 13 établissements associatifs et culturels ont été fermés ; des centaines de contrôles réalisés, des millions d’euros saisis.

« La République, c’est la Liberté, l’Égalité et la Fraternité. Le pacte républicain, nous l’avons bâti il y a plusieurs siècles. Nous devons le reconstruire avec force. Je ne céderai rien dans cette bataille. » Emmanuel Macron, Président de la République