Ma question écrite sur la situation des grossistes-distributeurs et des brasseries artisanales

Interpellé par les acteurs de la filière brassicole française, j’ai souhaité adressé une question écrite à Monsieur Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances sur la situation des grossistes-distributeurs et des brasseries artisanales dans cette période de crise sans précédent.

L’arrêt des cafés, hôtels, restaurants, établissements de nuit (CHRD), des secteurs évènementiels, culturels et sportifs a en effet eu des conséquences dévastatrices sur la filière brassicole française.

Dans le cadre du plan d’urgence économique mis en œuvre par le Gouvernement, les professionnels des hôtels, cafés et restaurants, du tourisme et du loisir ont bénéficié de mesures inédites. Il est primordial que cette filière soit intégrée au plan spécifique pour l’hôtellerie-restauration et le tourisme.

Retrouvez ci-dessous le texte de la texte:

« Jean-Michel MIS attire l’attention de M.le Ministre de l’Economie et des Finances sur la situation des grossistes-distributeurs et des brasseries artisanales dans cette période de crise sans précédent.

L’arrêt des cafés, hôtels, restaurants, établissements de nuit (CHRD), des secteurs évènementiels, culturels et sportifs a en effet eu des conséquences dévastatrices sur la filière brassicole française.

En effet, les 2 000 brasseries françaises sont dépendantes de plusieurs activités fermées administrativement depuis le 15 mars dernier. Ces établissements frappés directement par les fermetures administratives voient leur situation empirer et ont le sentiment d’être laissés à l’écart des dispositifs gouvernementaux. De plus, le manque de visibilité sur les conditions de réouverture des brasseries rend la filière particulièrement vulnérable.

Les pertes de chiffres d’affaires oscillent entre 80 et 100 % selon les cas, que ce soit en alimentaire, en boissons ou en fournitures diverses. Au-delà de ces difficultés s’ajoutent l’augmentation des coûts de production et la crainte de rater définitivement les mois de juin, juillet et août qui sont décisifs pour l’activité des brasseurs et des grossistes-distributeurs.

Dans le cadre du plan d’urgence économique mis en œuvre par le Gouvernement, les professionnels des hôtels, cafés et restaurants, du tourisme et du loisir ont bénéficié de mesures inédites.

Alors que l’activité des brasseurs dépend entièrement de ces secteurs, il est primordial que cette filière soit intégrée au plan spécifique pour l’hôtellerie-restauration et le tourisme, en veillant à prendre en compte toutes les spécificités du secteur et les bénéfices qu’il apporte au niveau local. Toutes ces mesures seront efficaces et rassureront cette profession. Il est fondamental de raisonner en termes de filière pour sauver les entreprises de ce secteur.

Il souhaiterait connaitre si le Gouvernement envisage d’intégrer les grossistes-distributeurs et les brasseries artisanales au plan relatif à l’hôtellerie-restauration et au tourisme afin qu’ils puissent bénéficier des mêmes dispositions sociales et fiscales que les CHRD eux-mêmes. »