Paris Cyber Week, première réussie pour le forum européen de l’économie numérique

Mercredi 5 et jeudi 6 juin, j’ai participé, à l’invitation de Sébastien Garnault,  à  « Paris Cyber Week », évènement organisé par la CyberTaskForce, et rassemblant tous les acteurs du numérique autour des filières industrielles. Ce forum a été l’occasion de riches échanges autour de la transformation numérique et des enjeux cruciaux de cybersécurité.

« Paris Cyber Week » est le résultat d’une action initiée en 2016 afin de réunir autour des questions liées à la cybersécurité des parlementaires, ministres, commissaires européens, dirigeants de petites et moyennes entreprises et de grands groupes.

Mercredi 4 juin, j’ai été accueilli à Saint-Quentin en Yvelines par SQY- Communauté d’agglomération de Saint-Quentin–en-Yvelines, partenaire de la Paris Cyber Week, qui regroupe une concentration unique d’entreprises numériques. Saint-Quentin-en-Yvelines est l’un des territoires français disposant d’une véritable filière en cybersécurité, composée de leaders mondiaux et de pépites françaises.

Puis  c’est l’entreprise française de services du numérique, Atos, qui m’a ouvert ses portes afin de me présenter leurs innovations dans le domaine des technologies quantiques.

La visite s’est poursuivie à Elancourt chez Airbus CyberSecurity, qui est spécialisé dans la protection des infrastructures critiques et des industries sensibles contre les cyber menaces. Il propose notamment des systèmes de détection identifiant les vulnérabilités et intrusions au sein des réseaux informatiques.

Jeudi, j’ai eu l’honneur d’accueillir aux cotés de Sébastien Garnault et de mes collègues parlementaires,  Mariya Gabriel, commissaire européenne à l’économie et à la société numériques. A cette occasion, Mariya Gabriel a rappelé l’importance du renforcement de la résilience de l’Union européenne avec des mesures concrètes comme la promotion des compétences numériques et la sécurité de la 5G. Elle a également insisté sur la nécessité d’attirer plus de femmes dans le domaine de la cybersécurité.

Puis, le hackeur « Rabbin des bois », est revenu sur ses expériences. Célèbre pour avoir détourné le sytème informatique de « Science-po »  il nous a interpellé sur les risques cyber et les failles du système. Il est revenu sur l’importance d’éveiller nos consciences sur ces questions. Un témoignage édifient.

Pour clore ces deux journées dédiées aux questions de cybersécurité, j’ai eu le plaisir de présider la dernière table ronde dont la thématique était « Evaluer le risque cyber : avec quels outils opérationnels ? ».

Nous avons, à cette occasion, avec Maxime Cartan, président de Citalid, Jean Larroumets, président d’EGERIE, Nathalie Chiche, présidente de Data Expert, Jérôme Notin, directeur général de Cybermalveillance.gouv.fr et Guillaume Savornin du CNPP (centre national de la protection et de la prévention) pu échanger nos visions le risque numérique dans les entreprises et les différentes protections contre celui-ci.

Pour ma part, j’ai insisté, sur la nécessaire maîtrise de la donnée numérique, afin de garantir la protection des intérêts des Français et des Européens et donc celui de notre souveraineté. En effet,  nous ne pouvons pas nous laisser dicter nos choix par d’autres que ce soient des puissances étatiques ou bien des puissances privées. EN effet, comme le rappelle Pierre Bellanger, dans son essai « De la souveraineté numérique » Le débat 2012,  : « il faut éviter que notre société numérique passe sous souveraineté étrangère emportant vies privées, secrets industriels et bientôt ce qui fonde notre Etat : la défense et la cybersécurité ».

La Constitution française, en son article 3, prévoit que c’est aux pouvoirs exécutif et législatif de donner les moyens au pays de se défendre. Il en va de sa souveraineté et de son existence.

 

L’adaptation des moyens de lutte doit être permanente, l’implication de l’ensemble de la chaîne des acteurs institutionnels et privés doit être recherchée et la société doit renforcer sa résilience. Comme le rappelait Guillaume Poupard, directeur de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), : « tous connectés, tous impliqués et tous responsables ».

 

Merci à Sébastien Garnault et à son équipe pour cette première édition de « Paris Cyber Week » réussie !