Pour réussir ensemble et soulager nos soignants, tester et vacciner massivement !

Suite aux annonces du Premier ministre Jean Castex,  mercredi 2 décembre sur RMC/BFMTV, et suite à ma demande, la Métropole de Saint-Etienne a été retenue pour la campagne de tests massifs du Covid-19, qui doit être opérée dans trois régions de France : le Nord, la Normandie et l’Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette campagne s’inscrit pleinement dans la continuité des actions du Gouvernement, afin de lutter contre la Covid 19 : « Tester, alerter et protéger ». Elle sera suivie par une campagne de vaccination, présentée ce jeudi 3 décembre par Jean Castex.

La mobilisation efficace des capacités de diagnostic et de dépistage de la Covid-19 constitue l’une des clefs pour réduire fortement la circulation de ce virus. Dans ce contexte de reprise épidémique, il est plus que jamais nécessaire de lutter par tous moyens contre le virus. Les tests sont au cœur de notre stratégie afin de réussir le pari d’un dépistage massif.

Le département de la Loire, et plus particulièrement la métropole de Saint-Etienne, a été fortement impactée par la seconde vague de la Covid19, atteignant des pics de circulation jusque-là inédits.

 

 

Expérimenter une campagne de tests au sein de la Métropole stéphanoise, une aire urbaine assez dense, est un choix de bon sens qui doit permettre de mieux connaître les quartiers, les populations et les lieux de vie les plus concernés par la maladie. C’est la raison pour laquelle, j’ai demandé au Premier ministre Jean Castex, dans un courrier adressé ce mercredi 2 décembre, que notre métropole soit retenue comme ville teste en région AURA.

Les échanges avaient été nourris, à ce sujet, à l’occasion de la venue de Jean Castex au CHU. La collectivité aussi avait fait part de son souhait et de sa disponibilité pour organiser ce test. C’est opportun, c’est une reconnaissance du travail du CHU, et c’est une manière d’aider nos soignants. L’objectif final est qu’il y ait le moins de contaminations possibles.

C’est ce que j’ai pu également expliquer dans la matinale de Bruce Toussaint, sur  BFM TV, jeudi 3 décembre.

 

 

Cette campagne va permettre de tester, dans un périmètre donné, le plus de personnes possible en un minimum de temps afin de répondre à trois objectifs :

▶︎ Permettre de mieux connaître sur le plan scientifique les sources de contamination dans certains lieux ou parmi certaines populations.

▶︎ Isoler le plus possible de personnes positives à un instant T et susciter le maximum d’adhésion et de respect des consignes sanitaires de la part de la population grâce à une stratégie dans un seul lieu permettant la réalisation du test, le contact tracing et l’accompagnement vers la mise en oeuvre des mesures de mise à l’isolement.

▶︎ Réaliser un retour d’expérience afin d’envisager la répétition de l’opération pour disposer d’informations actualisées sur un territoire déterminé avec un  niveau d’exhaustivité inégalé, ainsi qu’un partage de bonnes pratiques avec tous les acteurs au niveau national.

Cette opération est bien entendu accompagnée par un important travail avec les experts et notamment, le Conseil scientifique et les épidémiologistes reconnus.

Volontariat, accessibilité renforcée des lieux de tests

Par ailleurs, ces tests se feront sur le principe du volontariat.

Ces zones de test, dans la métropole stéphanoise, comme dans les deux autres métropoles retenues, devront être facilement accessibles géographiquement et identifiables. Un effort devra également être fait en termes de communication afin, que chacun des habitants de la métropole en soit informé.

Il nous faut en effet savoir tirer les enseignements des expérimentations réalisées ailleurs en Europe et notamment à Liverpool, où il semble d’après les premières conclusions, que, les tests de masse, basés sur le même principe du volontariat, auraient moins concerné les quartiers les plus populaires.

Cette campagne massive de tests devrait-être déployée avant les fêtes de Noël. Les tests ont déjà été commandés. Ces tests ont été agréés par la haute autorité le 28 novembre dernier.

Il reste à mobiliser les équipes de bénévoles pour les réaliser. L’ARS est en négociation avec l’ordre des médecins, des infirmiers libéraux.

Le but est vraiment d’établir une cartographie à l’instant T de l’épidémie, de mieux connaitre le virus. il faut que le plus grand nombre de nos concitoyens viennent se faire tester.

Campagne de vaccination : Sécurité, transparence, proximité

Alors que la France est aujourd’hui le pays d’Europe où la baisse de la pression épidémique a été la plus forte et la plus rapide, fruit des efforts de chacune et chacun et résultat de notre stratégie de freinage, avec le couvre-feu d’abord, puis le confinement, vient le temps maintenant de la vaccination.

L’arrivée de vaccins est donc une étape majeure dans notre combat contre la #COVID19. Cette vaccination gratuite pour tous devrait débuter dès la fin décembre, dès le feu vert donné par l’Agence européenne du médicament.

Si elle suscite des questions légitimes et nombreuses, la stratégie de vaccination a été pensée afin de répondre à trois objectifs :

▶︎ Le premier objectif a été de garantir que la France aura suffisamment de vaccins le moment venu.

→ La France disposera d’un potentiel de 200 millions de doses ce qui permettrait de vacciner 100 millions de personnes puisque le vaccin nécessite à ce jour 2 injections.

▶︎ Le deuxième objectif est de vacciner en priorité les personnes pour lesquelles le virus est la plus dangereux. C’est un impératif de santé publique.

→ La Haute autorité de Santé a établi un ordre très précis des populations à vacciner.

▶︎ Le troisième objectif est de construire une logistique adaptée au défi majeur qui s’ouvre. Acheminer des millions de vaccins est une opération d’une très grande complexité.

→ Nous serons prêts pour les premières vaccinations à partir de début janvier.

LE POINT SUR LES VACCINS CONTRE LA COVID-19

📌 La recherche mobilisée 

Pour stopper la pandémie et retrouver une vie normale, les chercheurs et laboratoires du monde entier se mobilisent pour trouver des vaccins efficaces contre la Covid-19. En plus des mesures barrières, la vaccination permettra de contrôler la propagation du virus et de réduire la mortalité et la morbidité liées à l’infection virale.

Pour garantir la sécurité de son utilisation, le développement d’un vaccin est soumis à des exigences réglementaires strictes. Avant d’être mis à la disposition de la population, le vaccin nécessite la mise en place d’essais cliniques. Les résultats doivent être satisfaisants en termes de réponse immunitaire, d’efficacité, de sécurité et de qualité pour que le vaccin soit validé. Les essais cliniques ont lieu dans différents pays comme la France où il est possible de se porter volontaire pour participer à des essais via la plateforme Covireivac.

📌 La politique de pré-achat du Gouvernement

Actuellement, la politique de pré-achat du Gouvernement vise à sécuriser l’accès de la France aux vaccins les plus prometteurs, en quantité suffisante et à des conditions tarifaires compétitives. Pour autant, l’achat lui-même restera conditionné aux résultats des essais cliniques et à l’autorisation de mise sur le marché par l’Agence européenne du médicament (EMA).

 


📌 L’Europe

La Commission européenne a engagé 2,7 milliards d’euros de son instrument d’aide d’urgence pour financer les laboratoires les plus avancés dans leurs recherches. Cet investissement permet également de précommander des doses qui seront partagées entre les Etats membres.

Ces contrats concernent des laboratoires qui pourraient être prêts dans les prochaines semaines, BioNTech-Pfizer, Moderna ou AstraZeneca ainsi que des laboratoires travaillant sur des solutions attendues pour le printemps ou l’été, comme Sanofi.

L’Agence européenne des médicaments table sur une première autorisation de mise sur le marché avant la fin du mois de décembre 2020, ce qui permettra l’accès à un premier vaccin dès janvier 2021.

📌 En savoir plus sur les 3 étapes majeures de la fabrication d’un vaccin ?

Plus d’informations

📌 Mon courrier adressé au Premier ministre :

📌 La presse en parle :

👉🏻Le  Progrès en date du 4 décembre 2020.

👉🏻Le  Progrès en date du 3 décembre 2020.

👉🏻France 3 Régions. 

 

👉🏻France bleu Saint-Etienne Loire du 3 décembre 2020.