Soutien aux associations de protection animale

J’ai interpellé par le biais d’une question écrite, Monsieur Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les difficultés que rencontrent les  les associations de protection animale.

La crise sanitaire du covid-19 a eu un impact financier dramatique sur ces petites et moyennes structures pourtant essentielles dans le paysage associatif français.

Ces refuges et associations indépendants représentent une part significative et irremplaçable des prises en charge d’animaux en détresse, répondant à une demande croissante liée à une augmentation préoccupante d’abandons d’animaux, actes de maltraitance et trafics d’animaux. En savoir plus

Les animaux jouent un rôle essentiel dans notre vie

Le Parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine a rouvert ses portes le 19 mai tout en respectant les règles sanitaires. J’ai souhaité échanger, vendredi 22 mai, avec Pierre Thivillon, fondateur de l’espace zoologique et Jean-Christophe Gerard, vétérinaire du zoo. Puis, j’ai rendu visite à l’association Amis-chats à Saint-Etienne en présence de sa Présidente Denise Vendramini. En savoir plus

Ma question écrite sur les animaux dans les cirques et les zoos en cette période difficile

Interpellé par les associations de protection animale, j’ai adressé une question écrite à la Ministre de la Transition Écologique et Solidaire sur la situation des animaux exploités dans les cirques et les zoos en cette période difficile. En savoir plus

Agir pour les animaux !

L’amélioration du bien être animal et la lutte contre la maltraitance animale sont des priorités du Gouvernement. L’animal d’élevage ou de compagnie est un être sensible. Le plan gouvernemental en faveur du bien-être animal a été renforcé le 28 janvier 2020 avec l’annonce de 15 nouvelles mesures qui s’ajoutent à celles contenues dans la loi agriculture et alimentation, promulguée le 1er novembre 2018. Nous avançons sur ce sujet mais il reste encore des progrès à réaliser.

C’est pourquoi le 20 décembre dernier, mon collègue Loïc Dombreval, a été nommé « parlementaire en mission » par le Premier Ministre Edouard Philippe, auprès du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume sur le thème de l’animal de compagnie. Loic Dombreval, Député de la 2eme circonscription des Alpes Maritimes, va travailler lors d’une mission parlementaire durant 6 mois sur les sujets de l’abandon des animaux de compagnie, les pratiques de sélection des races (races hypertypes) et les interventions douloureuses, les animaux dangereux, errants ou mordeurs, et de manière générale, étudier, échanger avec les associations et améliorer les conditions de vie de ces animaux.

En tant que parlementaire, je continue à lutter contre la maltraitance animal à travers plusieurs questions écrites, propositions de loi et tribunes. En savoir plus

Notre tribune pour améliorer la condition animale

Avec 82 députés LREM, j’ai cosigné une tribune, appelant le Gouvernement à poursuivre ses ambitions sur le sujet de l’amélioration de la condition animale au contact des citoyens, des associations et des agriculteurs.

En effet, le Gouvernement va très prochainement faire des annonces sur le sujet de la Condition animale qui sont attendues par un grand nombre de nos concitoyens. En savoir plus

« Un être sensible ne se jette pas »

« Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé » disait le Petit Prince de Saint-Exupéry.

Avec 238 parlementaires issus de tous bords politiques, nous nous engageons à déposer une proposition de loi pour en finir avec les abandons d’animaux dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche en date du 29 juin 2019. En savoir plus

Ma question écrite sur les conditions d’élevage dans la filière avicole

Des associations de protection animale ont récemment dénoncé les conditions de vie des poulets à travers plusieurs enquêtes en France qui mettent en évidence les fortes densités dans ces élevages, le manque de lumière naturelle, des malformations dues à la croissance accélérée des animaux et des troubles locomoteurs, respiratoires, cardiaques ou encore comportementaux.

En France, tous les ans, 800 millions de poulets sont élevés pour l’alimentation, et 83 % d’entre eux viennent d’élevages intensifs.

Près de 9 Français sur 10 considèrent qu’il est important que les poulets disposent de lumière naturelle, de suffisamment d’espace pour exprimer leurs comportements naturels et déployer leurs ailes, d’un air sain, d’une litière propre et d’un accès à l’extérieur.

J’ai donc interrogé le gouvernement pour connaître les dispositions qu’il entend prendre pour faire évoluer les élevages de poulets vers des normes qui prennent davantage en compte leurs « impératifs biologiques ». En savoir plus

Stop à l’élevage des animaux à fourrure

J’ai cosigné la proposition de loi visant à interdire l’élevage d’animaux dans le seul but de produire et vendre leur fourrure.

En France, il est interdit de fabriquer et vendre de la fourrure provenant de chats, de chiens et d’espèces menacées comme le phoque. Pourtant, d’autres animaux ne sont pas protégés par une telle loi et restent élevés uniquement pour prélever leur fourrure. En savoir plus