Un nouvel outil au service de la cyber sécurité à Lyon : le campus Orange Cyberdéfense

Vendredi 19 octobre, à l’invitation de Nicolas ARPAGIAN, Directeur de la Stratégie et des Affaires publiques d’Orange Cyber défense, j’ai participé à l’inauguration du nouveau campus dédié à la cyber sécurité industrielle d’Orange, installé à Lyon. A cette occasion, je suis revenu sur l’importance de la prise en compte de la cyber sécurité par le tissu économique notamment industriel, mais aussi sur mes travaux à l’Assemblée nationale en tant que vice-président du groupe d’étude cyber sécurité et souveraineté numérique.

Aux côtés de Michel VAN DEN BERGHE, directeur Général d’Orange Cyber défense et du Général Philippe GUIMBERT, commandant de la région de gendarmerie Auvergne-Rhône-Alpes et commandant de la Gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité Sud-Est, j’ai ainsi découvert un tout nouvel outil dédié entièrement à la sécurité des systèmes industriels, domaine particulièrement exposé aux cyberattaques. Orange Cyber défense travaille en effet pour de grands groupes industriels de la vallée de la chimie, de la santé, ainsi qu’avec l’Olympique Lyonnais, et souhaite développer son activité à destination des petites et moyennes entreprises. Il devrait employer en 2020, quelque 200 personnes sur ce site situé à Confluence, sur l’ancien site des prisons Saint-Paul et Saint-Joseph reconverti en pôle d’activités.

Lors de mon intervention, j’ai rappelé l’enjeu que constitue la cyber sécurité pour nos entreprises, dans un monde où le cyber espace est devenu un nouveau champ de confrontations qui brouille les repères traditionnels du rapport de force.

En 2017, le coût estimé des cyber attaques pour l’économie mondiale a été évalué, par le think thank Center for Strategic and International Studies, à plus de 600 milliards de dollars contre 445 milliards de dollars, en 2014.

Les PME restent les premières concernées :  70 % du coût de la cyber sécurité en 2022 proviendrait des moyennes entreprises selon le cabinet d’études Juniper Research. Les secteurs d’activité les plus impactants pour nos sociétés, sont tous potentiellement concernés : l’énergie, les transports, les télécommunications, l’armement, l’industrie lourde, tous aussi importants pour le fonctionnement de la Nation.

Or les entreprises ne semblent pas encore avoir pris conscience de la menace et de ce fait ne se protègent que partiellement contre des attaques.

Les installations industrielles qui constituent un ensemble varié regroupant des infrastructures de grands réseaux distribués, mais aussi des unités manufacturières, des chaînes de procédés… partagent donc aujourd’hui un enjeu commun : se protéger contre les attaques informatiques. Aussi, assurer la cyber sécurité en milieu industriel suppose une compréhension affinée des contraintes et spécificités à chaque système industriel, mais aussi une compréhension des  enjeux d’une protection optimale.

C’est pourquoi, il est important de travailler ensemble, chacun à notre niveau,  à  la diffusion dans l’ensemble de la société civile d’une meilleure connaissance des enjeux de sécurité, de défense et de justice que pose le cyber espace.

J’ai enfin insisté sur l’importance d’acquérir, de toute urgence, une culture de la cyber sécurité, dès le premier âge, et tout au long de la vie, puisque l’innovation est structurellement permanente.

Mon engagement reste total sur ces questions : il en va de la défense de notre pays, de notre économie et de la sécurité de notre société.

 

 

 

 

 

Orange Cyberdéfense en quelques mots 

En dehors de la Défense à Paris, Orange Cyberdéfense est présent à Lille  où ses équipes sont spécialisées dans les réponses à incident, à Rennes où le centre est dédié au traitement de l’information. Il est aussi présent  à Mérignac, Blagnac et Marseille. 



Orange Cyberdéfense est le sixième opérateur européen dans son domaine actuellement. Il vise le podium européen en 2020. Il emploie aujourd’hui 1 300 personnes pour un chiffre d’affaires de 300 millions d'euros.


La presse en parle :
Cyberdefense : Comment Orange compte attirer de nouveaux talents
Après Lille, Rennes ou encore Bordeaux, Orange Cyberdefense, l’entité dédiée à l’expertise autour de la cybersécurité d’Orange, regroupe l’ensemble de ses experts sur un site emblématique, dans le quartier de la Confluence. Objectif : créer un cadre attractif et valorisant pour attirer les talents dans un secteur à flux tendu.

Lancée « seulement » en 2016, la filiale dédiée à l’ensemble des expertises sécurité de l’opérateur Orange a réalisé 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 (contre 200 en 2015) pour 1200 collaborateurs.

« Nous visons le top 3 Européen d’ici 2020 ce qui va nécessiter près de 1000 recrutements d’ici là », annonce d’emblée Michel Van Den Berghe, le président d’Orange Cyber Défense.

Proximité territoriale

Face aux risques cyber, les demandes de protection des entreprises (toutes tailles) se multiplient.

« 70% des demandes de protection émaneront des PME en 2022 », estime Jean-Michel Mis, député (LRM) de la Loire, vice-président du groupe d’étude « Cybersécurité et souveraineté numérique ».

Un niveau de protection accentuée par la dématérialisation des entreprises, l’innovation et la multiplication des objets connectés.

« Une intrusion sévère dans une grande organisation a pu simplement être réalisée à partir du thermomètre connecté de l’aquarium de l’entreprise », rappelle simplement le président.

Pour répondre à ces besoins, Orange Cyberdefense mise d’abord sur la proximité de ses équipes. Ainsi, la filiale de l’opérateur regroupe ses collaborateurs lyonnais, jusqu’ici dispersés sur plusieurs sites, en un seul lieu emblématique, à Lyon-Confluence.

A Lille, cette entité décloisonnée, qui fonctionne en mode startup loin du modèle hiérarchisé de l’opérateur, répond aux incidents et celui de Rennes traite et récence les informations  il relève 40 milliards d’événements « suspects » par jour en France. A Lyon, si le centre est capable de s’adresser à l’ensemble des entreprises, il sera néanmoins un centre d’expertise industriel, au regard de la structuration de l’économie régionale.

Guerre des talents

Néanmoins, malgré la demande, l’opérateur en sécurité est freiné dans son développement. En cause : les difficultés de recrutement des talents. Rien que pour le centre lyonnais, qui compte une soixantaine de collaborateurs, la filiale prévoit de monter rapidement à 100 personnes pour développer son projet  200 en 2020.

« Nous avons besoin de profils multiples, mais nous sommes en concurrence avec de multiples entreprises, et beaucoup de sociétés de services », confirme le président.

La stratégie de l’opérateur pour attirer  et garder ces jeunes talents (moyenne de la filiale : 29 ans) : miser sur l’autonomie, sur des modes de gestion originaux, comme la rémunération variable individuelle (chacun pourrait choisir ce qui lui convient comme complément de rémunération). Il cherche à recruter en proposant des diplômes internes pour faire émerger les compétences et noue des partenariats avec des écoles régionales (en cours). Et mise sur des locaux attractifs.

« Nous avons déjà le retour d’expérience à Lille. Par ce système, nous avons divisé le turn-over par deux et augmenter d’autant le nombre de candidatures spontanées », explique Nicolas Arpagian, directeur de la stratégie et des affaires publiques d’Oranges Cyberdéfense

Orange Cyberdéfence fait le même pari pour Lyon et son site de la Confluence, choisi et aménagé par les salariés actuels de la filiale.

A retrouvez sur le site  des acteurs de l’économie.