Visite de l’agence Assadia-garde d’enfants intelligente

Suite à l’invitation de Monsieur Didier CHATAING, Président de l’entreprise Assadia de Saint-Etienne, je me suis rendu, lundi 24 février, dans les locaux de cette agence qui fournit des services intelligents à domicile.

Créée en 2015, ASSADIA apporte des solutions de garde intelligente auprès des familles et contribue à la création d’emplois locaux.  1500 salariés en CDI  gardent plus de 3000 enfants en France. En 2020, le réseau Assadia disposera de 20 agences.

C’est donc naturellement que j’ai accepté son invitation afin de découvrir l’équipe (plus de 80 salariés dans la Loire), les activités et les locaux de cette entreprise.

A cette occasion, nous avons pu aborder les questions sur les aides de l’État pour la garde d’enfant,  le crédit d’impôt et le stationnement pour les professionnels des services à la personne.

En effet, il existe plusieurs aides financières qui sont peu connues pour la garde d’enfants.

La CAF, indépendamment des allocations familiales, proposent plusieurs dispositifs d’aides, appelés PAJE (prestation d’accueil jeunes enfants).

Une autre possibilité de financement est le CESU préfinancé qui est un chèque fourni par l’employeur, comme les tickets restaurant. Il s’agit de payer moins cher le chèque que sa valeur faciale.

Les familles ont aussi la possibilité de bénéficier d’un crédit d’impôt qui ouvrent droit à 50% de crédit d’impôts sur les montant payés. Il s’agit d’une avance qui est calculée par l’administration fiscale sur base des réductions/crédits d’impôt portés dans la déclaration de revenus de l’année N-2.

Toutefois, dans un contexte où les besoins des familles évoluent beaucoup d’une année sur l’autre, la mise en place d’une contemporanéité du crédit d’impôt sur les services prestataires permettrait d’éviter les avances de trésorerie des familles, d’éviter les avances erronées et de créer de l’emploi local. C’est pourquoi, je me suis engagé à adresser une question au Ministre de l’Économie et des Finances afin de relayer cette problématique.

Enfin, la dernière façon de financer la garde d’enfants est la garde d’enfants partagée.

Un seul intervenant garde les enfants de 2 familles. La facture, dont le surcout dû à la garde partagée est très faible, est alors divisée en deux. Mais l’aide de la PAJE, elle, reste entière pour les 2 familles séparément.